Jacques Delors the inventor of the European social model

L’homme marque les esprits, à 88 ans, Jacques Delors, homme politique français et européen, de carrure internationale, reste dans un certain imaginaire collectif comme un homme d’Etat respecté de tous. Homme politique ou homme au service de la société ? Après tout, si le critère qui définit un homme politique est celui de sa participation à des élections, Jacques Delors entre péniblement dans cette catégorie. A peine aura-t-il été maire de Clichy-sur-Seine de 1983 à 1984, sa seule expérience de campagne électorale pour laquelle il fut le candidat.

« Je ne peux parler que de ce que je comprend alors je dois faire simple », Jacques Delors

Tour à tour conseiller de Chaban-Delmas à Matignon (1969), ministre des finances de François Mitterrand (1981 – 1984) et Président de la Commission Européenne (1985 – 1995). Il refusera le poste de Premier Ministre que François Mitterrand lui proposa car ce dernier n’a su se résoudre à lui accorder la seule condition qu’il mettait à son engagement : que la politique monétaire de la France soit intégralement contrôlée par Matignon. L’annonce de sa non-candidature à l’élection présidentielle de 1995 restera dans les mémoires encore pour longtemps.

Un livre qui ne limite pas Jacques Delors à sa seule dimension européenne (bien sûr elle est importante et les auteurs insistent avec raison sur ses mandats de Président de la Commission Européenne), il rappelle aussi d’autres engagements, moins médiatiques. Le « Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale » (Cerc), notamment, où il insistera toujours sur l’importante de la cohésion sociale alors que les politiques publiques n’en faisaient pas grand cas.

Et puis un livre qui replace, objectivement, le travail de M. Delors à la tête de la Commission Européenne. D’aucuns diraient qu’il est le responsable du tournant libéral de l’Union Européenne (Traité de Maastricht, monnaie unique, acte unique) ; c’est avoir une mémoire assez sélective. A la tête de la Commission Européenne, Jacques Delors n’a jamais renié ses engagements en faveur de la démocratie sociale (Charte Sociale, Protocole sur la politique sociale, etc…) ni même d’ailleurs de l’égalité des chances.

Jacques Delors, l’homme engagé, militant et syndicaliste. Jacques Delors, l’homme privé, sa relation au catholicisme, sa foi dans le christianisme. Jacques Delors après 1995 quant il se retire de toutes fonctions de premiers plans. Son engagement dans le Think Tank « Notre Europe », rebaptisé au début des années 2000 « Institut Jacques Delors », Ses fonctions « dans l’ombre », son influence, sa vision du monde du XXIe siècle, son engagement pour l’égalité des chances.

Le livre nous dresse un portrait de l’homme public et de l’homme privé. Sa façon de penser la politique, son rapport aux autres. Son engagement indéfectible dans la construction européenne. Son influence dans les politiques publiques actuelles.

Même s’il ne se soustrait pas totalement à l’hagiographie, l’ouvrage rétablit des vérités souvent oubliées.

Pierre Fruitier-Roth


« Jacques Delors, hier et aujourd’hui », de Nadège Chambon & Stéphanie Baz-Hatem (Edition Desclée de Brouwer – 18€)


WUKALI 23/10/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus