Impressive know-how and paradoxal message of optimism


Attention, c’est du lourd ! Voila vingt ans que la guerre est terminée et a broyé toute l’humanité. Cependant sur la base 3460 des forces stratégiques, les machines, les systèmes automatiques, les ordinateurs continuent de fonctionner. Les salles de contrôle et de commandement sont vides de leurs occupants, le néant taraude partout et nimbe d’une couleur vert de gris l’environnement. Les écrans des ordinateurs laissent défiler des données codées, des ordres tactiques sont adressés en vain. Les écrans affichent les pertes humaines phénoménales, le système est perturbé, bloqué. Dans leurs combinaisons de vol, les pilotes (pardon leurs squelettes), ne montrent plus qu’un rictus. Des systèmes électroniques continuent on ne sait comment à fonctionner, des missiles sont placés sur leurs rampes de lancement. Un avion, plutôt une forteresse volante, monstre de métal, Armagédon formidable, rouillé et terrifiant décolle, il croise un vol de cigognes avant de s’écraser dans une nuage paroxystique. Voila pour l’histoire.


Excellent film au demeurant que [** Last day of war*], ( le dernier jour de la guerre), et l’on est séduit par la qualité graphique digne des illustrations de bandes dessinées des années 60. D’aucuns classent ce film dans la catégorie science-fiction, il a même concouru dans des festivals du film d’animation spécialisés dans ce domaine ( Festival de Saratoga aux USA). Les réalisateurs russes sont en tous cas talentueux: [**Serguei Fedotov et Dima Fedotov*]. La bande sonore est particulièrement soignée fruit du travail de Serguei Fedotov, diplômé du département d’ingénierie sonore et de technologie de l’information du conservatoire d’État S.V. Rakhmaninov de la ville de Rostov. .

Un film qui combine tout à la fois savoir-faire logiciel ( Black magic design Fusion, Redshift, 3ds Max) et travail du dessin. Et puis aussi cette pincée de poésie, signature on ne peut plus attendrissante de l’âme russe. Le vol des cigognes sur fond de bombardier stratégique. «Quand volent les cigognes», quel beau film subtilement évoqué de façon subliminale, message d ‘espoir, renforcé par le jeu des grues qui s’accouplent et la beauté royale du cerf maître des forêts se détachant sur la crête des montagnes. Un arbre à la frondaison sanguine et enraciné au pied d’une falaise dresse ses branches qui frémissent vers le ciel… Le film ne s’intitule point: le dernier jour de la guerre ?

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 06/07/2019

Retrouvez tous les films d’animation et de tous les styles présentés dans Wukali ( près de 300 !)

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus