La rue sexuelle s’anime

le long de faces mal venues,

les cafés pépiant de crimes

déracinent les avenues.

Des mains de sexe brûlent les poches

et les ventres bouent par-dessous;

toutes les pensées s’entrechoquent,

et les têtes moins que les trous.


Antonin ARTAUD (1896-1948)


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus