Superb French music played by two brilliant, young and generous musicians


Le violoncelliste [**Edgar Moreau*] et le pianiste [**David Kadouch*], tous les deux lauréats aux Victoires de la Musique Classique, se sont produits sur la scène du Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence, ce mercredi 6 février.

Dans le cadre du festival « C’est dans mes cordes », qui s’est tenu du 05 – 09 février 2019, Ils nous ont proposé les incontournables sonates pour violoncelle et piano de [**César Franck*] (transcription pour violoncelle et piano de [**Jules Delsart*] en 1887) et de [**Francis Poulenc*], mais aussi une autre sonate pour violoncelle et piano, de toute beauté. Une pièce rare, une réelle découverte pour beaucoup : [**Rita Strohl*] – Grande sonate dramatique pour violoncelle et piano « Titus et Bérénice » -.

Le concert débute par la sonate de [**Francis Poulenc*]. C’est presque une opposition de style avec ces trois œuvres qui composent ce programme pour le moins original. Chez Poulenc, dès les premières mesures, on est charmé par l’invention mélodique dont il fait toujours preuve, ce sens inné de la mélodie. Dynamisme rythmique, douceur, nostalgie, et même humour ont leur place dans cette musique. On passe de la joyeuse interprétation de l’allegro au jeu grave et expressif de la cavatine. C’est du reste ce mouvement que l’on retient le plus, même si les autres sont aussi très intéressants. Ainsi jouée par ce superbe duo, que de contrastes dans cette sonate généreuse et riche en émotions. La sonate de [**César Franck est*] très belle aussi. Celle interprétée par Edgar Moreau et David Kadouch est volontaire, et, si elle glisse souvent dans la monotonie et la tristesse, on retient davantage le romantisme fougueux, le côté enlevé, presque frondeur de la sonate, principalement dans le deuxième mouvement.


Rita Strohl, grande sonate dramatique. Grande elle l’est.

Cette sonate inspirée par la pièce de [**Racine*], « Bérénice », est romantique à souhait, déjà par l’ardente passion qui anime la partition, mais aussi par cette force, cette puissance, avivées par le jeu virtuose des jeunes musiciens. Il est vrai que l’on se trouve transposé dans l’époque des grandes héroïnes. Il n’y a pas de place pour les demi-teintes.

Dès le début, on se laisse séduire par l’Allegro Moderato, composé de trémolos du piano, suivi d’un superbe récitatif du violoncelle. C’est lyrique à souhait, on sent les vibrations de ce premier mouvement, fait encore de contrastes forts et de ruptures qui surprennent parfois par leur côté inattendu.

Dans le deuxième mouvement, Vivace, les deux instruments dialoguent, essayant de conjurer le sort. Tout se fait dans la légèreté, avec éloquence et élégance. Le piano calme le jeu, pacifie le climat, tendu jusqu’alors. Mais ce sera de courte durée. Le rythme va s’accélérer de nouveau.

Le troisième mouvement, Lento, d’une force inouïe nous conduit au quatrième, Allegro Molto Movimento, fait de tensions. Les musiciens nous offrent une conclusion dramatique. Ils nous ont fait oublier, par leur virtuosité et leur parfaite complicité, toutes les difficultés d’interprétation que recèle cette œuvre. On plonge dans une rêverie dramatique certes mais néanmoins splendide.

Une jolie surprise encore, [**Fernand de La Tombelle*], un compositeur injustement oublié. [**Edgar Moreau*] et [**David Kadouch*] nous ont offert en bis, Andante Espressivo pour violoncelle et piano, une musique remarquable, d’une sérénité envoutante. Voilà qui donne nous envie de réécouter cette pièce pleine de charme et de découvrir cet auteur ressuscité avec naturel et fougue par ces deux explorateurs à l’enthousiasme contagieux !

[**Pétra Wauters*]


[**Edgar Moreau et David Kaddouch*]
CD. Erato – Warner Classics

Rita Strohl (1865 – 1941) :
Grande sonate dramatique « Titus et Bérénice » (1892)
Francis Poulenc (1899 – 1963) :
Sonate pour violoncelle et piano (1948-9)
Cesar Franck (1822 – 1890) :
Sonate pour violon et piano FWV 8
Fernand de la Tombelle (1854 – 1928) :
Andante Espressivo pour violoncelle et piano (1900)
Francis Poulenc (1899 – 1963) :
Souvenirs pour violoncelle et piano première au disque


Illustration de l’entête: ©Gregory Favre pour Thomas Nowak consulting.

[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, alors pour aider Wukali à se faire connaître, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Grand merci.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (Even if you don’t write in French but only in English, we’ll translate)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 10/02/2019)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus