OSS 117 Jean Dujardin
Accueil Livres, Arts, ScènesFilms d'animation & Cinéma OSS 117 sur le chemin du Karma…

OSS 117 sur le chemin du Karma…

par Jérôme Pilleul

Le temps des réouvertures, du retour aux possibles, nous donne envie de sortir, de respirer et prendre plaisir aux escapades. Pourtant la météo estivale n’est pas très engageante. Que cela ne tienne…et attendant le 4 août prochain, voyageons. Dans le temps et le monde.

Oui c’est possible. J’ai découvert le très bon livre de Chris Le Guelf passionné de cinéma et de philosophie dont l’ouvrage paru aux éditions de l’Opportun « La philo selon OSS 117 » ,allie les deux.

Oui quoi de mieux que de repenser à Hubert, Hubert Bonisseur de la Barth pour voyager.

Ce héros français créé en 1959 est le héros du travail de la famille Bruce, inventé par le père Bruce puis perpétué par la mère Josette puis les enfants François et Martine, constituant une œuvre de 265 livres qui traversent le temps et les régions.

Qui ne se souvient pas d’Hubert avec les traits de l’acteur Jean Dujardin sous la direction de Michel Hazanavicius jouant du Oud pour reprendre la chanson mythique de Dalida : Bambino dans OSS 117 le Caire nid d’espions. Pareillement pour ses nombreuses répliques devenues cultes : « fais-moi l’amour (la princesse al farouk- Aure Attika) non je ne crois pas, non (Hubert), pourquoi ? (la princesse) pas envie » ou « c’est marrant c’est toujours les nazis qui ont le mauvais rôle, nous sommes en 1955 Heir Hubert, on ne peut pas avoir une deuxième chance, merci ! (Richard Sammel)

Il est tout de même à noter qu’Hubert notre espion tricolore a bien des concurrents comme le légendaire James Bond, ou même San Antonio ou SAS ou Jack Ryan ou même Ethan Hunt.

Mais avec Hubert c’est autre chose, un autre style comme l’explique très bien Chris Le Guelf. Hubert est un charmeur qui a du style, c’est indéniable, mais c’est un idiot. Ce sot qui manque de culture (et forcément d’ouverture) c’est certainement pour cela que le sujet est si plaisant. Hubert n’a pas tout pour lui ! On se sent alors mieux, plus que lui, grâce à Chris le Guelf, on finit même par avoir de la peine pour Hubert.

« L’idiot est avant tout celui qui, incapable de changer, se distingue tout à fait du reste de la société au risque de s’en trouver exclu, au risque de devenir sa propre caricature, son propre cliché ». 

De Platon à Kant ou Bergson, en passant par Sénèque ou Descartes, Christ Le Guelf chapitre après chapitre (7 évidemment) nous trace le portrait philosophique de notre cher et tendre Hubert. Ainsi del’importance de son idiotie ou de son corps et son esprit qui nous permettent de suivre son apprentissage au travers ses périples et ses blagues d’un autre temps. Bien entendu aussi ses fameux clichés poussant aux sourires, voire aux rires.

Vous y apprendrez aussi comment Hubert, un beauf pour certains mais bien loin du Super Dupont  de Gotlib, est le héros comique passif de notre Histoire. Ce n’est pas un Pierre Richard, c’est l’anti-héros qui a tous les attributs du héros mais malgré lui et grâce à lui.

Comme le souligne si bien le livre de Chris le Guelf : « D’aucuns ont des aventures. Je suis une AVENTURE » Hubert Bonnisseur de la Barth, OSS 117 Rio ne répond plus.

Je ne peux donc vous inviter qu’à lire cette accessible livre qui vous plongera dans la bêtise OSS 117 avec les grands penseurs tout en vous donnant le sourire et vous rendant moins bête, en attendant la sortie prochaine du nouvel opus OSS 117 en Afrique Noire réalisé par Nicolas Bedos (dont vous trouverez un entretien avec l’auteur en épilogue du livre).

La philo son OSS117
Chris Le Guelf

éditions L’Opportun. 14€90

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus