Le journal britannique The Guardian fait un éloge remarqué du concert de Philippe Manoury à Londres avec sa Partita n°1 pour violon. Cette dénomination ne rend pas tout à fait compte de la spécificité de l’oeuvre écrite à l’origine pour le violoniste Christophe Desjardins. En effet depuis sa première présentation en 2007, Philippe Manoury a travaillé de concert cette oeuvre avec l’ingénieur du son Christophe Lebreton. La mise au point de cette partita impliquait un capteur gyroscopique placé sur la main de l’archet capable de détecter à la fois la vitesse d’exécution et la pression, depuis la mise au point s’est améliorée et Christophe Lebreton a obtenu l ‘effet choisi en utilisant un micro normal. Six enceintes acoustiques installées tout autour du public mettent en valeur les différentes nuances de jeu du soliste.

Plus qu’un oeuvre pour violon seul, c’est d’un septuor dont il faudrait parler. De la musique enregistrée est également utilisée, l’oeuvre a une durée de quarante cinq minutes.

La critique du Guardian est particulièrement élogieuse

P-A L


ECOUTER VOIR

Partita n°1 de Philippe MANOURY


photo d’illustration Alain Kaiser

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus