Sonnet VIII

Je vis, je meurs : je me brule et me noye.

J’ay chaut estreme en endurant froidure :

La vie m’est et trop molle et trop dure.

J’ay grans ennuis entremeslez de joye :


Tout un coup je ris et je larmoye,

Et en plaisir maint grief tourment j’endure :

Mon bien s’en va, et jamais il dure :

Tout en un coup je seiche et je verdoye.


Ainsi Amour inconstamment me meine :

Et quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me treuve hors de peine.


Puis quand je croy ma joye estre certeine,

Et estre au haut de mon desiré heur,

Il me remet en mon premier malheur.


Louise LABÉ (1524-1566)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus