Neapolitan camorra lured by antiques and archeological artifacts.


L’opération montée par la police italienne dans la région de Naples pour démanteler un trafic d’antiquités et de fouilles pirates entre les villes de Benevento et Foggia a dépassé les espérances. Bilan de l’opération: récupération de 584 objets d’archéologie dont la valeur est estimée à près de 2 millions €.

21 pillards (tombaroli) ont été identifiés, un homme de 46 ans domicilié près de la ville de Castelpagano a été arrêté et accusé de recel d’antiquités après que sa maison fut perquisitionnée et fouillée.

L’ensemble des objets récupérés est en très bonne condition, cela va d’un impressionnant cratère grec (un cratère est un grand vase, une grande urne) dont la valeur estimée est de 150.000€ à des pièces de dimensions plus modestes avoisinant 1.500€. On y trouve aussi d’autres objets d’origine grecque ou hellénistique dont quatre bols en céramique datant du IVème siècle av. JC décorés de figures rouges, un certain nombre d’objets étrusques ou corinthiens, un trésor de numismatique de 350 pièces extrêmement rares, de nombreuses lampes romaines ainsi qu’un casque en excellent état.

Pour le colonel Cesare Maragoni, commandant régional de la Guardia di Finanza, unité de la police spécialisée dans la traque du crime financier et des trafics et contrebandes, il s’agit de la plus importante découverte faite dans la région: «Cette découverte, a-t-il déclaré, est le fruit d’un énorme travail d’investigation et d’information … et c’est aussi un camouflet donné au marché noir qui continue à pourrir notre pays»

Lors d’une conférence de presse, Luigina Tomay, chef de la direction régionale de l’archéologie à Benevento, a souligné que le plus grave impact dans le marché noir des contrebandes d’antiquités, c’est qu’il empêche les chercheurs et les archéologues de pouvoir réaliser un travail scientifique, dès lors que ces objets ont été retirés et soustraits du lieu de fouille d’origine d’où ils ont été exhumés. Pour ce qui est des objets récupérés un long, difficile et méticuleux travail d’identification va maintenant débuter.

Les pillards spécialisés en objets d’ archéologie dans l’Italie du sud disposent aujourd’hui de moyens sophistiqués et sont devenus de «vrais professionnels».

Alessandro Goldoni, correspondant de Wukali en Italie


Cet article de Wukali (comme d’autres) vous a intéressé, alors cliquez ci-dessous, sur l’icône FaceBook ou Tweeter et partagez-le avec vos amis, merci !


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus