Restoring an ancient church devastated by 2009 earthquake in L’Aquila as a substitute to glaucous political manoeuvres between Italy and Kazakhstan ?


Plus de quatre ans après le tremblement de terre de de magnitude 6.3 qui avait en avril 2009 fait 308 morts à L’Aquila dans les Abruzzes dans le centre de l’Italie, dévasté la ville et provoqué des dégâts colossaux sur des centaines de bâtiments appartenant au patrimoine architectural; les rues portent toujours les cicatrices béantes de la catastrophe et maints édifices n’ont toujours pas été réparés.

Il Cavaliere Berlusconi qui lors de sa superbe, quand il était Président du conseil avait assuré les habitants de sa solidarité et de celle de son gouvernement pour redresser la ville, est, et c’est un euphémisme, fort mal vu dans la région. La corruption elle aussi a fait des ravages et de nombreux chantiers n’ont à ce jour toujours pas démarré.

La solidarité internationale s’est manifestée pour la remise en état et la restauration de plusieurs édifices anciens qui avaient été endommagés. Les pays qui apportaient leurs secours s’étaient engagés à parrainer chacun un monument. Ainsi la Russie a donné 7,2 millions€ pour la restauration du Palazzo Ardinghelli datant du 18ème siècle, la France a octroyé 6,5 millions€ pour l’église Santa Maria del Suffragio, tandis que l’Allemagne apportait avec 3,5 millions€ son aide pour la restauration de l’église de San Pietro Apostolo située dans le petite ville d’Onna où se trouvait l’épicentre du séisme. D’autres pays ont aussi apporté leur aide;

À ce jour, 150 millions€ ont été accordés par le gouvernement italien alors que le budget jugé nécessaire pour relever L’Aquila de ses ruines est estimé à 525 millions€.

Le Kazakhstan a donné 1,7millions€ pour restaurer l’Oratoire de San Giuseppe dei Minimi, un superbe exemple de l’architecture baroque, qui aujourd’hui est à nouveau accessible au public.

Curieusement une affaire bien embrumée qui de prime abord n’a rien à voir avec la restauration du patrimoine, vient obscurcir quelque peu les relations entre l’Italie et le Kazakstan et vient d’être révélée par des députés de l’opposition. En mai dernier l’épouse et la fille de Mukhtar Ablyazov un ancien banquier et dissident Kazakh qui avait fui son pays et obtenu l’asile politique en 2011 en Grande-Bretagne, furent expulsées et renvoyées par les autorités italiennes au Kazakhstan. Le Financial Times, qui semble puiser à bonnes sources, indique que ni le Premier Ministre italien, ni son ministre de la justice et pas davantage le ministre des Affaires étrangères n’étaient au courant de cette démarche et qu’ils ne l’apprirent qu’après que les deux femmes fussent remises à des diplomates kazakhs

Le 31 juillet dernier Mukhtar Ablyazov a été arrêté en France près de Cannes suite à une demande de l’Ukraine qui l’accuse de criminalité financière. Ses avocats réclament sa libération immédiate, l’affaire est en cours.

Alessandro Goldoni, correspondant de Wukali en Italie


Cet article de Wukali (comme d’autres) vous a intéressé, alors cliquez ci-dessous, sur l’icône FaceBook ou Tweeter et partagez-le avec vos amis, merci !

You have liked this article, great ! Don’t forget to click on the FaceBook or Tweeter icons below to communicate it and Wukali address to your friends, Per advance thank You !


Illustration de l’entête: Vierge à l’enfant de Saturnino Gatti (1463-1518) sauvée des décombres. photo Giovanni Lattanzi


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus