A very popular French humorist


La chronique littéraire d’Émile COUGUT.


Depuis des années Anne Roumanoff est connue du grand public pour son talent d’humoriste. Ses passages à la télévision (et surtout à « Vivement dimanche »), l’émission qu’elle anime le samedi matin sur Europe I ont grandement contribué à cette reconnaissance. Mais ce que ce même « grand public » connait moins, c’est qu’elle est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et qu’elle tient une chronique dans le journal du dimanche. Elle n’est pas que comédienne, n’exerce pas son métier que par l’oral mais aussi par l’écrit. C’est un florilège de ses chroniques qui est réuni dans NORMAL Ier Roi des français.

Pour ceux qui ne connaissent d’elle que ses seuls sketchs télévisuels, ils risquent de découvrir une autre facette de son talent. Sincèrement, je n’ai pas particulièrement ri à la lecture de NORMAL I Roi des français, parfois souri. Ce ne sont pas les chroniques de Guy Carlier ou de Philippe Mayer, ce sont celles d’Anne Roumanoff.

J’avais, je l’avoue, quelques appréhensions quand j’ai commencé ma lecture, j’avais peur de lire une suite de lieux communs teintés de populisme avec des facilités, des ficelles usées pour amuser le « bon peuple ». De fait, j’avais tort. Bien sûr, parfois, les facilités sont de mises, mais globalement ses chroniques sont bien écrites et surtout beaucoup plus profondes que ce que l’ont aurait pu craindre. Anne Roumanoff sous des dehors insouciants nous fait passer des messages politiques, une vision sur notre société sans aucune concession. Bien sûr elle n’est pas Pierre Desproges, loin de là, mais elle est très très loin de Bigard. Ses textes sont largement plus intéressants, plus « profonds » que ceux que déclame Laurent Gérat par exemple. Les chroniques d’Anne Roumanoff dans le journal du dimanche sont exemptes de toutes gauloiseries faciles. Elle est lucide, percutante parfois, jamais vulgaire.

Ses chroniques changent souvent de support : elles peuvent prendre la forme d’un vrai éditorial mais aussi celle d’un menu, d’une parodie de pièce de théâtre (Cyrano, le Cid,…) où de poèmes avec des « vers de mirliton » (indéniablement la versification n’est pas son point fort). Interviennent aussi bien ses enfants, sa boulangère, ses amis, ses voisins, etc., enfin tout de qui compose la société française, essentiellement la classe moyenne. Elle a l’art de mettre en exergue, pour mieux les caricaturer et montrer leur vanité, tous les lieux communs qui inondent notre société médiatique. La gauche comme la droite, François Hollande comme Nicolas Sarkozy ne sont pas épargnés par ses sarcasmes. Mais une chose est sûre pour ne pas dire certaine, Anne Roumanoff est contre, violemment contre, le populisme et toutes les idées d’exclusion véhiculés par l’extrême droite.

Si j’ai un conseil à donner aux lecteurs, c’est de commencer par la fin du livre, le lire à l’envers pour mieux apprécier le talent de cette actrice comique qui ne l’est pas tant que ça quand elle se trouve derrière son ordinateur pour élaborer sa chronique hebdomadaire.
Emile Cougut


Normal Ier Roi des Français
Anne Roumanoff

Éditions de L’Archipel. 18,95€


ÉCOUTER VOIR

)


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus