Supreme beauties dating from 36.000 years, classified in the list of World Heritage Sites


La chronique de Pierre-Alain LÉVY.


De cette grotte 36.000 ans nous contemplent. Cette grotte, c’est la grotte Chauvet située à la Combe d’Arc, dans l’Ardèche, et c’est cette cavité que l’Unesco vient d’intégrer dans la liste du Patrimoine mondial de l’humanité. Cette distinction suprême et universelle, pour nous français et bien d’autres avec nous, met loin derrière les autres inscriptions décidées lors de la session spéciale de l’Unesco qui vient de se terminer dIimanche 22 juin à Doha au Qatar. (voir l’ autre article concernant les sites sélectionnés )
.

Comment parler de la grotte Chauvet et pourquoi un tel nom ? Ce dernier est celui de son inventeur, Jean-Marie Chauvet, agent de surveillance au service régional de l’archéologie qui, accompagné de ses amis spéléologues Éliette Brunel-Deschamps et Christian Hillaire, découvre ce 18 décembre 1994, il y a donc vingt ans, à la faveur de l’exploration d’un boyau souterrain qu’ils mirent près d’une journée à franchir, une large galerie qui sous la lumière des lampes frontales resplendit du miroitement des stalactites.

Tous les trois sont des spécialistes, hommes et femme d’expérience et ils pénètrent dans le lieu en respectant méticuleusement les procédures archéologiques de découvertes pour ne pas souiller par maladresse la virginité du site. La salle est impressionnante, aux dimensions , selon ce qu’en a dit Jean-Marie Chauvet, «d’une cathédrale», près de 500m de long et jusqu’à 50m de large. Immensité du lieu, et puis tout d’un coup c ‘est l’embrassement, la fascination, la stupeur, l’émerveillement, le coeur qui se met à battre encore plus fort, palpitations ! Sur les parois de la grotte apparaissent peints un petit mammouth rouge, puis des lionnes, «La force de leur regard et le réalisme de leur expression m’ont stupéfié», dira plus tard Jean-Marie Chauvet, mais aussi des rhinocéros, des chevaux, des cerfs, des ours, des bisons, également une hyène et une panthère (ce qui est tout à fait rarissime dans les bestiaires pariétaux), un hibou gravé dans la pierre, un éléphant, des signes, des traces de main. Ce n’était plus une escapade spéléologique, un surgissement paléologique, mais une rencontre surnaturelle. Sur un rocher un crâne d’ours était posé et qui indubitablement surgissait de l’éternité de la nuit des temps et avait été placé là il y a plus de 30. 000 ans par des homos sapiens suivant ainsi très probablement un rituel funéraire, et demeurait inaltéré… Ce n’était plus une découverte mais cela s’apparentait à un Te Deum que jouaient des figures animales pariétales fixées pour l’éternité sur la pierre protégée de ces espaces souterrains, dans la même veine que Lascaux, mais plus anciennes, que l’abbé Breuil avait en son temps quant à lui remarquablement qualifié de «Chapelle Sixtine de la préhistoire».

Les premières estimations relatives à la datation considérèrent que la Grotte Chauvet correspondait à la période solutréenne ( de -15.000 à – 20.000 ans). Depuis, des expérimentations scientifiques plus poussées conduites à partir des poudres provenant des dessins de rhinocéros indiquent une origine encore plus ancienne soit – 36.000 ans.

L’étude de la préhistoire est une science fascinante, bouleversante et elle n’est jamais très loin de la spiritualité ni de la philosophie. Ce bestiaire dessiné par des hommes de Cro-Magnon dans cette grotte de l’Ardèche appartient incontestablement au patrimoine de l’humanité. Les sublimes tracés laissés par l’homme voilà 36.000 ans, dans ce petit et unique coin de terre qui infiniment plus tard sera nommé France, mettent de la relativité dans nos a-priori moraux et nous font juger avec retenue certains de nos enthousiasmes esthétiques contemporains.

Pour Yves Coppens, professeur honoraire au Collège de France et découvreur de Lucy, premier homo sapiens fossile, «Après Lucy et ses 3,5 millions d’années, les artistes de la Combe-d’Arc représentent pour moi la modernité». On est bien d’accord!

Pierre-Alain LÉVY

WUKALI 23/06/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus