Elles ont près de 2.500 ans et ces belles dames, les Corés de l’Erechtheion d’ Athènes, se font refaire une beauté. En effet les cariatides étaient recouvertes d’une gangue de saleté accumulée par le temps et surtout provoquée par la pollution, une des plaies de l’Athènes contemporaine, et elles avaient besoin d’un sérieux nettoyage !

Pour cette opération délicate, les responsables du musée ont choisi de ne point déplacer les statues, les oeuvres demeurent in situ. dans leur salle, isolées du public derrière la protection discrète de rideaux près d’où opèrent les restaurateurs

Ces techniciens utilisent une technique au laser spécialement développée pour traiter les chefs d’oeuvre de l’Acropole et mise au point par la Fondation pour la recherche et la technologie de Crète et qui en rien n’abîme loin de là la pierre. Ce qui fait dire à Dimitri Pandermalis, l’heureux directeur du musée : «C’est bien la première fois sur des centaines d’années que vous pouvez voir les marbres sans graisse de fumées ni saletés et que vous pouvez apprécier infiniment chaque grain de la pierre dans tous ses détails laissant jouer ainsi les effets de lumière et les ombres»

Iannis Colonomos correspondant de Wukali à Athènes


WUKALI 04/07/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus