The last savannah knights


L’extinction des espèces constitue bel et bien une réalité, c’est un sinistre décompte et à ce titre, des quatre derniers rhinocéros blancs du nord ( Afrique) qui restaient sur terre, l’un d’entre eux, Nola une femelle âgée de 41 ans, vient de mourir le 22 novembre au Safari Park de San Diego en Californie, c ‘est ce qu’annonce la revue américaine Live Science.

Il faut savoir que dans la classification zoologique, il existe cinq variétés de rhinocéros: deux africaines et trois asiatiques. En Asie: le rhinocéros unicorne de l’Inde est le plus gros de tous, il vit dans une grande réserve en Assam et compte un peu plus de cent têtes (calculez le nombres de cornes…), puis le rhinocéros de Sumatra, moins de cent dans cette île, sans oublier le rhinocéros de Java, le plus primitif de tous, il en reste une quarantaine dans une réserve de l’est de l’île.

Bien sûr en Afrique : le rhinocéros noir et le rhinocéros blanc avec deux sous-espèces: celle du sud qui n ‘est pas en danger d’extinction et celle du nord dont il ne reste que 3 vivants…

Nola, donc, souffrait d’une infection bactérienne et le 13 novembre ses vétérinaires décidaient une intervention chirurgicale pour drainer un abcès situé dans la région pelvienne. Hélas et compte tenu aussi de l’âge de l’animal et bien que l’intervention ait réussi, l’état de Nola empirait la laissant sans appétit et incapable de se déplacer, tous les traitements palliatifs échouèrent, la suite on l’imagine…

Ainsi Nola suit les traces de Nabire, un autre rhinocéros femelle, âgé de 31 ans et qui est morte en juillet dernier d’un kyste rompu au zoo de Dvur Kralove en République tchèque.

La destruction de l’habitat, le biotope comme l’on dit, ainsi que le braconnage ont conduit les rhinocéros blancs du nord (Ceratotherium simum ssp cottoni) au bord de l’extinction. Les trois survivants de l’espèce vivent au Kenya dans la réserve Ol Pejeta où ils ont été transférés grâce à des protocoles mis en place avec le zoo tchèque qui en assurait leur hébergement. On connaissait par ailleurs quatre autre rhinocéros blancs du nord qui vivaient à l’état sauvage dans les forêts de la République Démocratique du Congo et dont on a perdu la trace depuis 2007, ils sont présumés morts

Dans cette inventaire cruel on recense donc parmi les derniers rhinocéros blancs du nord, deux femelles et un mâle. Hélas le dernier mâle est âgé de 42 ans et les espoirs de le voir monter une femelle sont rien moins qu’impossibles d’autant plus que la qualité de sa semence spermatozoïdique est pauvre comme l’ont démontrée les chercheurs du zoo de San Diego. Les deux dernières femelles, respectivement nommées Najin et Fatu, n’ont jamais été gravides, elles connaissent aussi des problèmes de santé et Fatu souffre qui plus est d’une malformation utérine.

Alors bien sûr il ne reste que pour seule solution pour les scientifiques et les vétérinaires la fécondation in vivo (FIV) et l’on compte sur les rhinocéros femelles blancs du sud , biologiquement proches du rhinocéros blanc du nord, pour porter de futurs embryons !

Elizabeth PalermetechEpalermo, adaptation française Pierre-Alain Lévy


WUKALI 26/11/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Illustration de l’entête : crédit photo San Diego Zoo Global


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus