Dance and Ice skating on stage

Une patinoire sur la scène du Grand Théâtre de Provence, ce n’est pas banal. Des danseurs en patins ou baskets qui font du hip hop sur glace, c’est givré et culotté !
C’est le spectacle, tout public, que proposait Trafic de Styles du vendredi 22 au dimanche 24 janvier 2015 à Aix en Provence.

Trafic de Styles : un nom de troupe qui a le mérite d’être clair. Pas question d’aller à sens unique et de se donner des limites. On mélange les genres. On va chercher « ailleurs ».

C’est une belle histoire qui s’est imposée aux artistes. Originaire du Havre, le jeune Sébastien Lefrançois allait régulièrement patiner avec ses parents tout près de chez lui. On est dans les années 70, il patinait, il patinait, jusqu’au jour où il est repéré par un « détecteur de talent ». « Et sans trop comprendre ce qui m’arrivait, je me suis retrouvé en sports études à Amiens à 12 ans ». Plutôt content, l’adolescent épris de liberté. « Cela ne m’a pas dérangé même si je dois reconnaître que je n’ai jamais vraiment su si j’aimais le patinage ! » Très vite, Sébastien se retrouve en équipe de France avec toutes les contraintes que cela impose et vers l’âge de 18 ans, le jeune homme se rebelle. « Je n’avais plus envie de me retrouver avec des paillettes sur le torse, paillettes qui se prenaient dans mes poils qui commençaient à pousser ! Ce n’était pas bon pour ma virilité !» Le patineur décide de désobéir et de ne pas se laisser enfermer dans les carcans qui lui étaient imposés. Sur le plan artistique, il avait plutôt envie d’essayer des choses un peu folles, ce qui déplaisait aux « puristes de la glisse » autour lui. De sports études en sports études, renvoyé ici et repris là-bas, il se retrouve à Cergy-Pontoise, et c’est là qu’il rencontre la danse Hip Hop. Un Déclic ! « J’allais pouvoir recycler ce que j’avais construit pendant 15 ans en patinage. Pas facile au début : j’étais le vilain petit canard du Hip Hop car ils sont terriens, alors que j’étais plutôt aérien. Il y avait donc quelques réglages à faire». Sébastien oublie un temps le patinage et l’a même momentanément renié.

Puis, au bout de 20 ans de créations chorégraphiques, il allait franchir un nouveau pallier. « On mène une carrière plutôt sympa, on est dans les débuts de la danse Hip Hop, immergés dans la création, on est pratiquement pris en intraveineuse dans le théâtre de Cergy Pontoise, et ça marche du feu de dieu » concède-t-il.

Histoires de rencontres : Il y a deux ans, la troupe participe à une émission de radio suite à un festival en région parisienne. Sébastien reçoit peu après un coup de fil de deux directeurs d’une patinoire privée du côté d’Auxerre qui faisaient partie de l’équipe de France de Sébastien. Tous deux privilégiaient également la création contemporaine sur glace. Ils accueillaient chez eux des artistes en résidences et offrait une belle ouverture au patinage de plaisir, bien éloigné du patinage élitiste. Création, Culture, transmission, Sébastien se trouve complètement en phase avec ses deux amis.

«J’ai enfin le regard, la vision qui me plait pour marier les deux disciplines. La danse et le patinage, pas l’académique mais néanmoins un patinage artistique».

Entre temps, une autre rencontre essentielle, Claire, patineuse professionnelle avec laquelle il tissera la trame des créations sur un morceau de glace. Ils n’envisagent plus le spectacle en patinoire car, à leurs yeux, elle n’est pas un lieu de diffusion. Pas très jolie, trop bruyante, trop de passages, et enfin, mauvaise acoustique.

C’est le directeur du théâtre d’Auxerre qui sera le premier à laisser entrer un bout de glace sur scène. Il sera suivi par Dominique Bluzet, qui les avait programmé avec « Roméos et Juliettes » en 2013 au GTP. «Notre projet est un peu fou, mais Monsieur Bluzet soutient les spectacles un peu particuliers, hors genre, et j’ai pu le convaincre. Il me propose une co-production et me donne rendez-vous en 2015 pour un spectacle sur la glace !» Les amis d’Auxerre leur ouvrent des créneaux pour travailler à la patinoire sur ce nouveau projet.

« Glace » est créée. En piste sur 9 m x 10 m ! Le lissage se fait en début de spectacle. Il faut chauffer la salle, c’est sûr, mais aussi la scène car «C’est l’eau qui permet aux chaussures de glisser et donne la possibilité aux danseurs et aux patineurs de se rencontrer.» Ils font de l’aqua planning ! Ils sont en alternance, entre mobilité et immobilité grâce des carrés sur scène qui se déplacent, des petits blocs comme décor qui permettent de créer une ville, des cloisons, des murs. On s’y cache, s’y découvre, y danse, se pose, se love, s’agite, s’aime, se rejette, ou disparaît sans un bruit. Car les silences sont de mise comme une page blanche qui permet d’écrire la suite. Les bruits des déplacements sur la glace sont eux-mêmes une bande son. Ça crisse, craque, bruisse, martèle. Une partition joliment étudiée par Thierry Bertomeu prend le relai.

Glace : C’est entrainant à souhait, joyeux, poétique, ludique, …rafraichissant.
Il fallait oser ces séquences hip hop, toutes très différentes les unes des autres, souvent pimentées d’humour à faire fondre la glace ! Joël Colas, clown et véritable acteur, a fait son cirque. Faussement niais, terriblement attachant, et joliment maladroit. Tous les interprètes évoluent dans un univers onirique audacieux, burlesque, jamais facile car souvent très acrobatique et sur le fil du rasoir. Le final est surprenant et tellement inattendu ! On est saisi de froid, mais aussi d’effroi, mais n’en dévoilons pas davantage.
Sébastien le reconnaît, il y a un mot qui fait récurrence dans son parcours : Résistance ! Charlie Chaplin fut sans doute un mentor. Le chorégraphe songe aux «Temps modernes » où Charlot perturbe la chaine de montage par sa distraction, jusqu’à danser et en devenir « beau ».

Inventer ou réinventer sa danse, trouver un vocabulaire unique, La création vient s’inviter au moment où il y a blocage, et Sébastien en connaît un rayon sur les mises à l’épreuve, lui qui, pendant longtemps, a glissé, patiné, entre obéissance et désobéissance.

Nul doute, Trafic de Styles mériterait que l’on multiplie les morceaux de glace dans les salles de France et de Navarre.

Pétra Wauters


Tournée et calendrier des spectacles en France de la Cie Trafic de Styles


WUKALI 26/01/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Crédit photos: Sébastien Lefrançois



Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus