A clever agreement between the Louvre and the Rijksmuseum about two portraits by Rembrandt


On a bien cru que ces deux et rares tableaux de Rembrandt quitteraient la France et seraient vendus au Rijksmuseum à Amsterdam ( voir notre article du 24/09/2015). Las …trouver comme cela des dizaines de millions d’euros, même en pays batave n’est pas chose des plus aisées… Alors est née une idée, originale s’il en est, et qui de mémoire de muséographe n’avait à ce jour jamais été envisagée entre deux musées installés dans deux pays différents et européens, la garde alternée ! Mais la garde alternée en conservant aussi la spécificité du lien familial, ou pour ce qui concerne ces deux tableaux plus exactement, le mari et la femme devant rester ensemble, Maerten Soolmans et son épouse, Oopjen Coppit, peints par Rembrandt en 1634. Trois mois au Louvre pour commencer puis après trois mois au Rijksmuseum, et ensuite un calendrier très précis de présence qui stipule selon une ardente obligation les durées respectives dans chacun des musées les plus longues allant jusqu’à cinq et huit ans, c’est ce qu’a détaillé la ministre de la culture, Audrey Azoulay


Interview de Mme Audrey AZOULAY, ministre de la… par elysee


Mais quelle est donc l’histoire derrière ces deux tableaux ?

Ils appartenaient autrefois à la famille Van Loon d’Amsterdam qui les vend en 1877 avec 66 autres peintures de sa collection à la famille Rothschild de Paris. En 2014 Éric de Rothschild décide de se séparer de ses deux tableaux. La maison Christie’s qui est sollicitée estime chacun des tableaux à 80 millions€. Des contacts s’établissent alors naturellement avec le musée du Louvre et le ministère de la culture en France et le Rijksmuseum aux Pays-Bas intéressé par une telle aubaine. Les contraintes budgétaires empêchent le ministère de la rue de Valois de trouver le financement nécessaire à l’acquisition des deux tableaux et l’on envisage déjà leur départ pour Amsterdam, les Hollandais se font fort de trouver les 160 millions nécessaires à l’acquisition… Las, mais de la coupe aux lèvres il existe une marge d’incertitude…!

C’est alors que nait dans l’esprit des équipes françaises en charge du dossier l’idée de la garde alternée, et c’est le niveau le plus haut, celui des chefs d’état, qui permet l’heureuse conclusion de cet accord. Pour chacune des parties, France et Pays-Bas, il en coutera 80 millions € . La France ayant su mette un dispositif de mécénat pour couvrir la dépense

À l’occasion du voyage officiel des souverains des Pays-Bas en France, les deux tableaux ont été présentés conjointement par le Président de la République François Hollande et ses illustres hôtes le roi Willem-Alexander et la reine Maxima au musée du Louvre le 10mars 2016.


Deux magnifique portraits en pied furent commandés en 1634 à Rembrandt par Maerten Soolmans et Oopjen Coppit un an après la célébration de leur mariage. Dans la dot de mariage, Oopjen Coppit apporte à son époux la colossale somme de 35.000 guilders. Rembrandt est alors un jeune peintre très prisé de l’aristocratie et des riches marchands hollandais et reçoit de très nombreuses commandes. Les deux tableaux, sujets de cet article, sont à cet égard, archétypaux. Le peintre représente, peint de pied en taille réelle ( chaque toile fait 207.5 x 132cm) chacun des personnages habillé de ses plus beaux atours, et il sait rendre avec une délicatesse qui atteint à la perfection les guipures, dentelles, moires dont ils sont habillés ainsi que leurs bijoux d’or ou de perles.

Bien au delà des tenues d’élégance, ce sont avant tout les caractéristiques sociales de réussite et de richesse qui sont mises en avant. Rembrandt, comme on ne dit plus, est un «bon faiseur», et l’excellence de son oeil et de son pinceau lui attirent les clientèles les plus fortunées avides de reconnaissance. Chaque portrait a été payé 500 guilders ce qui représente semble-t-il une somme très importante pour l’époque. Notre cher Rembrandt Van Rijn coule alors des jours heureux avec la belle Saskia son épouse tant aimée, il a vingt-huit ans. La fortune qu’il acquiert peu à peu lui permet de se faire plaisir, d’acheter des fourrures, des tapis, des objets en métal précieux, des céramiques, des armures, on les retrouvera peints dans ses tableaux.

Maerten Soolmans et Rembrandt se connaissaient depuis quelque temps et se sont manifestement rencontrés à Leyden entre 1628 et 1633 pendant le séjour de Soolmans dans cette ville. Dans un document daté du 24 mars 1631, les noms conjoints de Rembrandt et de Maerten Soolmans apparaissent dans une minute consignée par le notaire Caerl Outerman, qui au demeurant possédait un tableau de Rembrandt.

Un an après l’acquisition de ces deux portraits, soit en 1634, et pour célébrer la naissance de leur enfant intervenue un an plus tôt, le couple achète à Rembrandt un autre tableau, La Sainte Famille, ( aujourd’hui exposée à l’ Alte Pinakothek à Munich.

Heureux donc les visiteurs du Louvre qui pourront désormais admirer à proximité de Bethsabée ces deux magnifiques portraits de Rembrandt !

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 12/03/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Illustration de l’entête/ Présentation des deux portraits de Rembrandt par le Président de la République et les souverains des Pays-Bas le 10 mars au Louvre.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus