Le palais ducal de Nancy vient de fermer pour des travaux jusqu’en 2023. Dans le cadre de son projet de rénovation, le musée vit pendant cette période en hors-les-murs.

Après des partenariats avec les musées d’Ecouen, de Lunéville, de Commercy, de Sarrebourg…, la [**Ville de Nancy*] va déposer le tableau du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain «La découverte du corps de saint Alexis» du maître lorrain [**Georges de La Tour*] au Musée départemental Georges de la Tour de Vic-Sur-Seille ( à 30km de Nancy), avec l’accord de la Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée lorrain.

Le Musée Georges de La Tour de Vic-Sur-Seille a déjà bénéficié de prêts d’oeuvres du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain de Nancy dans le cadre d’expositions temporaires. Le prêt du tableau « La découverte du corps de saint Alexis » se fera sur une durée plus longue, jusqu’en septembre 2021. Le tableau sera exposé à proximité du [** »Saint Jean-Baptiste au désert« *].

«[**La découverte du corps de St Alexis*]» est une huile sur toile du XVIIe siècle de 159 cm de hauteur sur 113 cm de largeur. Elle a été achetée par le musée lorrain auprès de [**René Leblanc*] en 1938.

Il s’agit vraisemblablement d’une oeuvre pour le [**marquis de la Ferté-Senneterre*], gouverneur français de Nancy sous le règne de [**Louis XIII.*] La commande pourrait avoir eu lieu en 1648 et le gouverneur dut recevoir la toile de la part de la ville de Lunéville pour les étrennes du 1er janvier 1649. [**La Tour*] reçut pour cette œuvre la somme de 500 francs. Le sujet relate l’histoire de [**saint Alexis*], patricien romain légendaire du Ve siècle. Pieux et vertueux, le jeune homme décide le jour même de ses noces de quitter sa famille pour se consacrer à une vie de mendicité et d’ascèse en Orient. De retour à Rome, le saint trouve refuge sous l’escalier de ses parents où il passe dix-sept années sans être reconnu. Après sa mort, il est identifié grâce au morceau de parchemin racontant son histoire qu’il tient entre ses mains. Le culte du saint, emblème de la « belle mort », fut réaffirmé au XVIIe siècle en Europe, en partie grâce aux jésuites. En témoignent les diverses représentations théâtrales relatant sa vie données par l’université de Pont-à-Mousson en 1602, 1667 ou encore 1685.

Communiqué Ville de Nancy|right>


[(


– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write in French but only in English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 04/09/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus