Wacky and glorious, for all music lovers and all who are crazy (but sane) about opera music !


Par Émile Cougut /. [**The Opéra Locos*] a été un des grands succès parisiens l’année dernière. Ce spectacle, d’origine espagnole, a conquis un vaste public bien loin du cercle étroit des amateurs d’opéra.

The Opéra Locos a été remonté et se joue à nouveau dans la capitale. Si le metteur en scène d’origine est toujours « aux manettes », les cinq interprètes, eux ont changé. Et ils amènent une autre vision du spectacle, par leurs personnalités, leurs façons de jouer, de chanter. Il s’agit de [**Florian Laconi*] (ténor), [**Margaux Toqué*] (mezzo-soprano), [**Michael Koné*] (contre-ténor), [**Laurent Arcaro*] (baryton) et de [**Diane Foures*] (soprano).

A par dire que c’est un spectacle « tout public », il est difficile de rentrer The Opéra Locos dans une catégorie bien définie, tant il y a un mélange d’opéras classiques, de musiques de variété, de mimes, etc. Il est certain que les « puristes » et autres « pisse-froid » hurleront aux atteintes faites à l’opéra. Mais ce sont eux qui ont tort tant, ce spectacle démythifie l’opéra, tant il le rend accessible à tous, quelle que soit sa génération, sa culture musicale, tant il montre à tout un chacun que, de fait, nous avons en nous une culture lyrique. Il suffit que deux notes d’un air retentissent pour que toute la salle achève la mélodie. On est très loin de l’opéra ou le public est passif : dans The Opéra Locos il est régulièrement sollicité, il est le sixième acteur. A lui d’être à la hauteur. A chaque représentation, combien de personnes, surtout des jeunes qui ne connaissaient pas l’opéra ont envie de le découvrir ?

The Opéra Locos se sont des histoires qui s’entremêlent : un jeune chanteur amoureux de son professeur ; une ancienne gloire lyrique dépressive (une sorte de clown blanc qui ne fait pas rire, qui n’est pas loin du personnage joué par [**Charlie Chaplin*] dans Les feux de la rampe, le tout doublé d’un physique à la Ubu sauvé par une naïve Colombine, et une croqueuse d’hommes, éternelle amoureuse, parfaite Carmen au cœur d’artichaut.

A l’opéra, les livrets finissent mal, dans The Opéra Locos, tout est bien qui finit bien.
Et ces histoires sont chantées. Véritablement chantées. Il y a une bande musicale, mais les cinq personnages ne chantent pas en « Play back », loin de là. Alors, certains ont de quoi être surpris. Hormis le ténor Florian Laconi qui est affublé d’une bedaine impressionnante, les quatre autres sont fluets. On est très loin des caricatures des chanteurs et chanteuses lyriques très enveloppés. Et pourtant tous ont du « coffre », ils ont des voix et tout a l’air normal : ils chantent comme s’ils parlaient !

Et ils chantent en faisant des liens assez surprenant comme interrompre la chanson du Toréador de «Carmen» par la barcarole de Venise des «Contes d’Hoffman», comme passer en une respiration du classique à la variété. Sans compter que les airs étant, sauf exception, sortis de leur contexte le résultat est plus que surprenant (le grand air de la Reine de la nuit de «La flûte enchantée» fallait oser l’imaginer pour une rupture de dépit amoureux). Surprenant mais juste, et ce grâce à une mise en scène d’une extrême précision et à un jeu d’acteur parfaitement millimétré.

On sort de ce spectacle avec la joie au cœur, plein d’une énergie que ces cinq grands chanteurs ont su offrir au public.

Il faut voir et revoir The Opéra Locos, un spectacle mené de main de maître. Tous les cinq sont extraordinaires par leur talent et leur énergie. Une mention toute spéciale pour Florian Laconi qui est au centre de ce vrai « conte » musical, qui unit ses quatre comparses autour de lui pour un résultat remarquable.

On espère vraiment une tournée en province !

[**Emile Cougut*]


[**The Opéra Locos*]
[Théâtre Libre
Jean Marc Dumontet
Le Comedia. 4 bd de Strasbourg. 75010 Paris->https://www.le-comedia.fr/fr/opera-locos] ( Cliquer pour informations pratiques)


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 25/10/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus