Installé depuis deux ans place de la République à Metz dont il était censé être un des ornements et constituer une focale artistique d’un lieu urbain central, le voici qui déménage et galope vers d’autres horizons et s’en va trouver meilleure fortune à Arras au Musée des Beaux-Arts dans le cadre de l’exposition« Roulez carrosses» où il devrait prendre attache à partir du 14 septembre prochain . Arras qui comme chacun le sait et le pouvait naguère chanter est « chef lieu du Pas de Calais« , il est vrai que si Arras rime avec bidasses, ceux ci se sont aussi fait rares à Metz !

Certes cette installation provisoire était prévue d’avance et Le Carrosse de Xavier Veilhan constituait un prêt du Centre national d’arts plastiques qui en avait passé commande à l’artiste et l’avait, après Versailles, prêté à Metz.

Présenté initialement dans les jardins du château de Versailles en 2009, à l’initiative de Laurent Le Bon, commissaire d’exposition et aujourd’hui directeur du Centre Pompidou-Metz et de Jacques Aillagon, Président de l’établissement public du Château de Versaillles, où il succéda à l’exposition des oeuvres de Jeff Koons, il connut un grand succès du public qui aimait tout à la fois sa masse dynamique, sa couleur épiscopale surprenante, le rappel d’un événement majeur de la Révolution ( la fuite à Varennes), son élégance visuelle telle des papiers pliés japonais, origamis phantasmés déployés en feuilles de métal, son allure extérieure fruit d’un imaginaire formé aux bandes dessinées, le contraste né de la confrontation avec l’esprit des lieux, il vint faire étape à Metz.

Originellement prévu pour être installé à proximité du Centre Pompidou-Metz dont il devait représenter un fleuron et une marque de création artistique installée sur le parvis, il fut positionné in fine sur la Place de la République qui après de longs mois de travaux et de rénovation était enfin offerte au public.

Las, il fut relégué dans un appendice cardinal, perché sur une structure métallique fort laide, sans éclairage ni affichage didactique, il fallait en effet bien chercher pour apercevoir au niveau du sol de pavage une plaque métallique indicatrice portant le nom de l’oeuvre et de l’artiste Xavier Veilhan. Pis encore, lors des installations foraines qui se succédaient au fil des mois sur la place, il était le plus souvent dissimulé et occulté du regard par des culs de camions ou des stands, notamment dans les nuits des marchés de Noël qui faisaient la part belle à la Grande Roue ou aux manèges et autres stands de frites et de nourritures improbables, laissant dans le noir et les ténèbres ce carrosse et ses chevaux caracoler en vain. L’oeuvre eût mérité plus de considération.

Xavier Veilhan créateur du Carrosse, est né en 1963, il vit et travaille à Paris. Il est représenté par la Galerie Perrotin à Paris & Hong Kong. Artiste majeur de la scène contemporaine française, son exposition au château de Versailles a contribué à une reconnaissance internationale plus importante. Xavier Veilhan développe, depuis la fin des années 80, une démarche aux formes multiples : sculpture, peinture, environnement, spectacle, vidéo, photo… qui s’inscrit entre classicisme formel et haute technologie. L’art est pour lui « un outil de vision au travers duquel il faut regarder pour comprendre notre passé, notre présent, et notre futur ». Le concept de présentation est au cœur de sa démarche. Xavier Veilhan réalise ainsi des expositions sous formes de promenades (Veilhan at Hatfield: Promenade, 2012) ou cadres de vie (Architectones, 2012). Par ces interventions in-situ, dans des villes, parcs ou maisons, Xavier Veilhan réfléchit la dimension sociale que peut porter un projet artistique et questionne notre perception.

Pierre-Alain Lévy

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus