Le squelette du Roi Richard III découvert authentifié par les analyses ADN.

Voilà une histoire comme on les aime et comme seuls nos amis anglais savent nous les narrer dans le génie de leurs romans policiers.

Le squelette découvert à l’occasion de travaux sur un parking urbain de la ville de Leicester, le parking de la rue des Frères Gris (Greyfriars) est bien celui du roi, ce personnage d’une des plus célèbres tragédies de Shakespeare. Lors d’une conférence de presse tenue à l’Université de Leicester, les résultats des analyses scientifiques de toutes sortes faites sur la dépouille ont été présentées, et quand les résultats des tests d’ADN furent annoncés, une véritable frénésie enthousiaste secoua l’auditoire venu de tous le Royaume-Uni et de l’étranger;

«My Kingdom for a horse !» Mon Royaume pour un cheval ! Que ne l’a-t-il eu cette monture pour s’enfuir et vivre. Hélas une flêche ennemie lui fut fatale lors de la bataille de Bosworth en 1485, on a retrouvé sa pointe fichée dans sa colonne vertébrale

Et dire que son squelette a failli disparaître, et de la plus mauvaise manière, en effet au 19ème siècle des … toilettes avaient été construites juste au dessus de la sépulture et Zut alors ! . Il s’en fallut de peu qu’il ne disparut donc dans flot fangeux de l’histoire ! C’est ce qu’ a révélé Richard Buckley un des archéologues qui a participé aux travaux d’exhumation.

L’Université de Leicester a conduit les travaux d’identification, des examens radiologiques entrepris, des analyses au carbone 14, des test ADN ont pu être établis, et oui, sur des échantillons de tissus pris sur Michael Ibsen, un fabricant de meuble canadien considéré comme étant le descendant direct de la soeur de Richard III Anne d’York

On a pu observer sur le squelette de nombreux traumatismes crâniens et pas moins de 10 blessures dont 8 sur la tête, on a trouvé une flêche plantée au niveau du dos. On sait qu’il avait été retiré du champ de bataille de Bosworth et conduit à la ville voisine de Leicester sur le dos d’un cheval.

Il avait été défait par Henry Tudor, Comte de Richmond qui deviendra Roi d’Angleterre sous le nom d’Henry VII

Dans ces dernières heures de vie Richard III a d’évidence été blessé par des épées, des poignards, des hallebardes, ses mains avaient été liées, on n’a pas retrouvé ses pieds.

Il était enterré dans l’ancien choeur de l’église des Frères Gris (que l’on croyait totalement détruite) et c’est par miracle que le premier jour des travaux d’excavation qui devaient être entrepris sur le parking son squelette fut trouvé reposant à une profondeur de 68 cm sous le niveau du sol, sans être de nulle manière détérioré par l’engin de terrassement. On n’a cependant pas trouvé trace du moindre cercueil ou d’un linceul.

Richard III sera enterré ultérieurement à la cathédrale de Leicester.

Déjà la presse anglaise s’est emparée du sujet, que fera Buckingham ?

Timothy Orpington


Illustration de l’entête. Jo Appleby, qui a conduit les travaux d’exhumation lors de la conférence de presse à l’Université de Leicester.


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus