Les hommages se succèdent dans le monde à l’annonce de la mort du chef d’orchestre allemand Wolfgang Sawallisch. Il s’est éteint le 22 février dans sa propriété de Bavière. Les musiciens et les solistes qui travaillaient sous sa direction le décrivaient comme un homme très élégant portant en concert comme en répétition l’habit, toujours accessible et sans nul considération pour son ego. Né à Munich il étudia tout d’abord le piano à la Hochschule für Musik puis fut incorporé dans l’armée allemande comme radio en Italie. C’est là qu’il fut fait prisonnier et retenu dans des camps américain et anglais de prisonniers de guerre. Après guerre, de retour à la vie civile, il fut maître de chapelle à l’opéra d’Augsbourg en Bavière avant d’en devenir le chef. Rapidement sa carrière le conduisit à la tête de différents orchestres allemands avant de diriger le Philharmonique de Berlin et de participer comme chef au festival de Bayreuth. Il refusa ensuite plusieurs postes qui lui étaient proposés comme celui de l’opéra de Vienne que lui conseillait Karajan ou du Metropolitan opera à New-York.

Il se consacra à l’Orchestre symphonique de Vienne de 1960 à 1970 tout en dirigeant simultanément l’orchestre Philharmonique de Hambourg (1961-1973) et aussi l’Orchestre de la Suisse romande dont il fut directeur artistique de 1973 à 1980. On le vit aussi régulièrement diriger l’Orchestre de Paris, le Tokyo orchestra de la NHK, ainsi que l’orchestre Philharmonique d’Israël, l’Orchestre de la Scala de Milan, l’Orchestre philharmonique de Londres, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam ou la Staatskapelle de Dresde.

Il fut directeur de l’opéra de Bavière de 1971 à 1992 et c’est là qu’il dirigea pas moins de 1156 concerts dont tous les opéras de Strauss à l’exception notable de Salomé. Tout au long de sa carrière il conserva intacte sa passion pour la direction de choeurs et se plaisait à accompagner au piano dans des concerts de musique de chambre avec chanteurs

Son répertoire discographique couvre plusieurs centaines de disques. A la tête de l’ orchestre de Philadelphie (1993-2003) il enregistra les symphonies de Schumann qui font références.

P-A L


ÉCOUTER VOIR

Wolfgang Sawallisch à la tête de l’orchestre de la NHK. Beethoven, symphonie n°7, 4ème movement

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus