Les coups de coeur de Laurent WATRIN.

« La paix ne se brevète pas » : réplique-pivot, dans la voix de Michael Lonsdale, cheveu sur la langue et divinement inspiré (forcément). La paix ? Tous les personnages du Renard Jaune courent après tout en la fuyant. Le militaire retraité reconverti en « acteur syndiqué » Claude Brasseur, l’ex-prostituée balafrée Béatrice Dalle, dubitative à l’idée de refaire sa vie avec un vrai amoureux, la « jeune cougar » bariolée qui demande du feu dans la rue Dominique Lavanant, le jeune peintre raté Frédéric Dieffentahl, l’inspecteur champion cycliste peu porté sur la rigueur policière Jean-François Stévenin, le serveur en mal de fortune Philippe Chevallier pour faire venir une femme de l’Est… Tous ont un point commun avec la victime du (premier) meurtre, écrivain jadis encensé pour un roman reconnu génial Richard Borhinger : ils boivent et bavent beaucoup sur le voisin. Et pour cause : tous se connaissent, se sont fourvoyés mutuellement, déchirés, méprisés, aimés (mal).

Le « Renard Jaune« , c’est le troquet de ce huis-clos où les sincérités fusent derrière l’aigreur des vies médiocres. La lumière vient tout à la fin, éclatante sur ce pavé mosaïque où Mocky lâche quelques-unes de ses meilleures intuitions. Avec ce Renard, l’ancien stagiaire de Fellini, râleur iconoclaste et marginal, nous livre un hymne à la femme, à l’amour, à la beauté et même à la pureté… celle qui n’est pas de ce monde. La preuve : elle fait des morts innocentes.

Si vous ne connaissiez pas encore Mocky, c’est le moment de le découvrir : Le Renard Jaune passe dans les cinémas Cameo de la région Lorraine.

Laurent Watrin

ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus