Près de 250 exemplaires du Journal d’Anne Frank ont été vandalisés et détruits au Japon au cours de l’année dernière

Dans une interview au journal britannique The Telegraph, la porte parole des librairies japonaises Saku Nishimura a déclaré que la première observation de ces déprédations remonte à janvier 2013 et les actes de vandalisme ont continué d’empirer depuis. Personne actuellement n’est en mesure d’identifier les auteurs de ces forfaits, une enquête de police a été ouverte et les enregistrements des caméras de surveillance sont examinés à la loupe. Il a pu être constaté sur un certain nombre d’exemplaires du Journal d’Anne Franck que les mêmes pages ont été arrachées ou déchirées ce qui selon les enquêteurs pourrait laisser à penser que ces actes auraient été commis par une même personne.

Afin de protéger les livres restants, les libraires les ont retirés des étagères. Les clients qui souhaitent se les procurer doivent en faire la demande auprès du libraire.

En 2009, le livre a été élu par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité

Tatsuya Suzuki correspondant à Tokyo pour Wukali


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus