Metz loves America !


-«J’ai entendu Rapsody in Blue comme une espèce de kaléidoscope de l’Amérique, de notre vaste« melting pot», de notre nationale et unique énergie, de notre «blues», de notre folie métropolitaine», c’est ainsi que s’exprime George Gershwin sur son oeuvre et tout est dit, une combinaison de musique classique et de jazz. La composition a été jouée pour la première fois à New-York le 12 février 1924 à l’Aeolian Hall. Gershwin, ce sont des couleurs, du rythme, des nuances, des images qui passent, dans Un Américain à Paris (monté à New York au Carnegie Hall le 13 décembre 1928), c’est le souvenir de voyages à Paris que George Gershwin avait effectués avec son frère Ira en 1926 et 1928, toute une atmosphère, un frétillement, une joie de vivre, le vrombissement des klaxons entendus avenue de la Grande Armée à deux pas de l’Étoile et sur les boulevards parisiens, et puis bien entendu ( avec toute la force de l’expression!), c’est aussi le film de la MGM réalisé en 1951 par Vicente Minelli avec Leslie Caron, Gene Kelly, George Guetary, Oscar Levant ( pianiste et ami de Gershwin). La vie de George Gershwin sera brève, il mourra lors d’une opération d’une tumeur au cerveau le 11 juillet 1937, mais il avait vécu, il avait 39 ans. Il fut un des grands musiciens du siècle, il eut comme amis Maurice Ravel, Sergueï Prokofiev, Kurt Weill, Franz Lehár, Alban Berg. Il donna des lettres d’or au jazz et sa musique est joie.

C’est tout ce« peps» qui est sur scène à l’Opéra-Théâtre de Metz, avec Gershwin Dance chorégraphié par Laurence Bolsigner et Jean-Charles Donnay. Un ensemble de 3 oeuvres de Gershwin qui donnent du plaisir aux danseurs. Cela se voit, cela se sent, plus qu’une atmosphère, c’est une recréation, une récréation aussi, un temps de vie, celui de Gershwin, comme celui de Fitzgerald, quand l’Amérique était la fiancée de la France. On ne sait que louer en premier, la volubilité joyeuse et fraîche des danseurs, la modernité élégante des figures, la beauté des costumes de scène et leurs couleurs ou le raffinement recherché et sophistiqué des photographies en décor, sans oublier, cela va de soi, la maîtrise de la partition de l’orchestre Gabriel Pierné, dirigé par Jean Adolphe et formé par les élèves du Conservatoire de Metz. À ne pas manquer !

P-A L


Gershwin Dance

Trois représentations
Vendredi 28 février à 20h. Samedi 1er mars à 20h, Dimanche 2 mars 15h

Location Opéra-Théâtre de Metz Métropole: tel: 03 87 15 60 57


ÉCOUTER VOIR


Galerie Photos/ André Nitschke

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus