Bombay before nuclear apocalypse, when bodies are intermingled with passion, fury and love


La chronique littéraire d’Émile COUGUT


Un film : Superdevi. Cette production de Bollywood est un succès populaire auprès des populations hindoues. En l’honneur de la déesse Munbadevi, héroïne de ce film, ils rebâtissent Bombay du nom de Mumbai. Se développe en son sein un nationalisme exacerbé qui dégénère en une vraie guerre de religions contre les autres communautés, surtout la musulmane. Elle est menée par une milice d’extrême droite l’Hindu Rashtriya Manch, les Kaki dirigée par le charismatique Bhim, sorte de monstre démagogue, plus ou moins auto investi d’une mission « divine ». Les musulmans quant à eux ne sont pas en reste et font de même aux hindous dans le quartier Mahim qu’ils maitrisent. De plus ils ont l’aide du Pakistan, plus ou moins « téléguidés » par les chinois qui bombardent régulièrement Bombay, mais qui ravitaillent régulièrement Mahim où la population ne souffre pas de la disette comme dans le reste de la ville. Plus loin, dans le reste du monde, les actions terroristes des fanatiques musulmans sapent les pays. Il y a bien sur des attentats, mais surtout des attaques de désinformation grâce au « cyber terrorisme » qui inonde tous les réseaux d’information de fausses nouvelles, jouant sur l’addiction des populations à un « besoin désespérer de savoir ».

Au début du roman, Bombay vit sous la menace d’une bombe nucléaire promise par le Pakistan pour le 19 octobre. Sarita part à la recherche de son mari Karun qui a disparu après être parti à un colloque. Elle n’oublie pas d’acheter une des rares grenades encore sur le marché à cause des vertus aphrodisiaques de ce fruit. Dans sa quête elle rencontre Ijaz, dit Jazz, un jeune musulman qui, lui aussi est à la recherche de Karun, son ancien amant dont il est toujours amoureux. S’ensuit une série d’aventures toutes assez improbables, dignes de meilleures productions de Bollywood, mais aussi des rencontres avec des personnages divers dans leur façon d’être et de penser, certains totalement enfermés dans leur rôle (social ou imposé par les circonstances), d’autres montrant une empathie qui permet à l’humanité de se sauver. Ils finissent par retrouver Karun entre les mains de Bhim, le délivre et…, je ne puis dire la fin de ce roman laissant au lecteur le plaisir de sa découverte.

Bollywood Apocalypse est bâtit autour des récits croisés de Sarita et de Jazz, sur les causes de leurs quêtes. On les suit depuis leur rencontre avec Karun et leurs retrouvailles, on perçoit leurs transformations, leurs évolutions, Karun agissant sur eux deux comme un accoucheur de ce qu’ils sont vraiment, les fait sortir de leur égoïsme pour les projeter vers le futur, vers la vie malgré les horreurs qui les entourent, il leur apprend à vivre. Roman initiatique en quelque sorte, surtout pour Jazz, mais aussi roman érotique, plein de sensualité, avec même des scènes assez crues surtout entre deux hommes. Mais aussi roman plein d’humour, de vitalité, de légèreté.

Bollywood Apocalypse est aussi un roman ésotérique autour du symbole du chiffre 3 ou plus exactement de la trinité : la trinité perdue de Karun avec ses parents, la trinité recomposée quand il est rejoint par Sarita et Karun, la trinité qui va s’instaurer quand elle accouchera de son enfant. Mais si la trinité « première » est une trinité « traditionnelle », les deux autres le sont moins mais sont tout aussi importante pour que la vie triomphe de tous les éléments qui veulent la détruire. Pour les connaisseurs de la culture indienne, il ne faut pas oublier bien sur la trinité composée par Shiva, Vishnou et Devi. Comme pour les trinités composées d’êtres humains, ce qui est important, car montrant le chemin de la vie, est de savoir qui doit fusionner avec qui pour « engendrer » la troisième partie.

Bollywood Apocalypse est un roman qui porte en lui des questionnements sur la nature humaine, sur la vie, la tolérance aussi, l’acceptation de l’autre sans tabous qu’ils soient d’ordre religieux ou sexuel. L’action se passe en Inde mais les interrogations ne connaissent aucune frontière terrestre puisqu’elles concernent la nature humaine.

Manil Suri nous offre un magnifique roman sortant des sentiers battus et sur l’amour porté au Nirvana dans la violence du temps contemporain !

Emile Cougut


Bollywood Apocalypse

Manil Suri

Éditions Albin Michel. 23€


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus