Issu du milieu classique et diffusé par l’excellent label munichois ACT (youn sun nah), Vincent Peirani est un accordéoniste qui nous fait découvrir toutes les facettes sonores et techniques de son instrument.

A l’ écoute, Thrill Box est un album qui sonde au fond de soi et nous emporte dans le monde multiculturel auquel l’accordéon s’adapte à merveille que ce soit par les compositions minimalistes de Peirani ou par les interprétations de musiciens aboutis (Brad Mehldau, Thelonius Monk).

L’album commence par « Baïlero » avec des sons filés, qui évoluent vers une harmonie minimaliste et mystérieuse… Dès le deuxième morceau le tempo est lancé avec une valse où la contrebasse de Michel Benita emplit l’espace de sa rondeur rassurante . De la valse à trois temps dans l’esprit musette il y en est aussi question « pour Michel P » qu’on devine être Portal, lequel nous offre une improvisation à la clarinette basse dans « B&H« , la cinquième pièce de l’album.

Mais Vincent Peirani sait aussi nous faire voyager au delà des océans, avec des balades folk « goodbye Irene » héritées du répertoire traditionnel américain sur un faux air d’harmonica avant de revenir plus tard au cœur des balkans dans la furie  » balkanski Cocek » d’ Alexandre Sicic.

Son plus grand talent est d’avoir pris le temps de concevoir son projet et d’avoir su attirer des musiciens accomplis, en harmonie avec leur imaginaire propre. Bref, un chef d’oeuvre dans la juste lignée du duo Portal et Richard Galliano qui avait donné la naissance d’un disque de référence : Blow up.

Thrill Box (2013) est pour moi un enfant de Blow Up, une invitation au voyage des cultures Jazz, slaves, folk et Jazz, hors du temps et des modes éphémères.

À écouter au calme chez soi, le soir, sous les étoiles…

Laurent Meiller


ÉCOUTER VOIR


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus