La Tunisie vient de restituer à l’Algérie une oeuvre appartenant à son patrimoine archéologique de l’antiquité romaine. L’affaire avait fait grand bruit quand en Tunisie le gendre de l’ancien président Ben Ali, Sakher el-Materi, fut accusé et inculpé pour trafic de pièces archéologiques, transfert illicite d’immobilier protégé, possession de pièces archéologiques non-déclarées, et fouille de ruines mobiles et fixes sans permis. Sakher el-Materi s’enfuit au Quatar qui lui refusa l’asile politique puis trouva refuge aux Seychelles. On avait en effet découvert à son domicile d’Hammamet près de 165 pièces archéologiques datant de l’époque romaine.

Parmi les pièces trouvées, certaines avaient été déclarées disparues des dépôts de l’Institut National du Patrimoine (INP). Une statuette représentant une tête de Gorgone, d’un poids de 320 kg avait été découvert dans la villa de Sakher el-Materi. On découvrit que cette pièce archéologique provenait en fait d’Algérie et qu’elle avait été exhumée près de la ville d’Annaba dans l’antique cité romaine d’ Hippone (Hippo Regius) d’où elle disparut en 1996. Le masque de Gorgone, découvert en 1930 par l’équipe de l’archéologue français Pierre Choupaut, ornait la façade d’une fontaine publique et faisait office d’exutoire d’une conduite d’adduction d’eau dans la ville d’Annaba, jusqu’à sa disparition en 1996.

Kenza Sermadji, correspondante de Wukali en Algérie

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus