Jeudi 5 et Vendredi 6 juin 2014 à 20h. Arsenal. Metz

N’ayons pas peur des mots : avec le Requiem de Verdi, c’est en apothéose que l’Orchestre national de Lorraine entend clore sa saison.

Mais qu’est-ce qu’un Requiem ? Une messe des morts, qui s’appuie sur un texte liturgique en latin et qui fait partie du répertoire de la musique sacrée de tradition catholique.

Créé le 22 mai 1874 en l’église San Marco de Milan, le Requiem compte parmi les messes des morts les plus célèbres. Il ne s’agit pourtant pas là d’une simple déploration funèbre : cette Messa da requiem, pour citer son titre complet, est d’abord comme toute l’œuvre de Verdi, une célébration du chant et de la voix ; c’est aussi un hymne à l’Italie et à son histoire, une partition qui s’inscrit dans une tradition musicale dont Verdi est fier de compter parmi les héritiers, mais aussi dans un cheminement historique. En 1874, en effet, le Royaume d’Italie n’existe que depuis treize ans et Verdi, d’abord député au premier parlement italien (de 1861 à 1865), devient sénateur.

Les premiers jalons de la Messe datent de 1869. Verdi bouleversé par la mort de Gioacchino Rossini (1792-1868) écrit alors à son éditeur Ricordi : « Je souhaite que les compositeurs les plus distingués composent une Messe de requiem qu’on exécuterait pour l’anniversaire de sa mort ». Onze musiciens italiens répondent à l’appel et acceptent chacun d’écrire une partie de la Messe. Cette belle idée ne vit toutefois jamais le jour.

À nouveau profondément touché par une autre disparition, celle de son ami, le poète Alessandro Manzoni (1785-1873), Verdi décide au printemps 1873, de poursuivre, seul, la composition du Requiem.

Les sept mouvements traditionnels de la liturgie catholique portent le Requiem. Le Dies Irae est la partie la plus célèbre de l’ouvrage. Verdi a dosé avec génie les passages chantés par le chœur ou les solistes. Tous les sentiments humains alternent, de la prière à la révolte, faisant jaillir le glas des percussions et l’éclat des cuivres. La violence, les contrastes dramatiques mais surtout l’emploi génial des voix confèrent au Requiem une place de choix au concert.

Le Requiem fut créé durant un service religieux à San Marco de Milan, le 22 mai 1874. Les répétitions avaient débuté le 10 avril dans une atmosphère, particulièrement tendue en raison des exigences du compositeur. Trois autres exécutions suivirent, cette fois-ci à La Scala de Milan.


Le Requiem de Verdi

Jeudi 5 et Vendredi 6 juin 2014 à 20h. Grande salle, Arsenal – Metz

Direction Jacques Mercier dirige l’Orchestre national de Lorraine .

Soprano Bénédicte Roussenq

Mezzo-soprano Aude Extrémo

Ténor Avi Klemberg

Basse Nicolas Courjal

Chœur Nicolas de Grigny. Chef de chœur Jean-Marie Puissant


Le Chœur Nicolas de Grigny bénéficie du soutien de la Ville de Reims, du Conseil Général de la Marne, de la Région Champagne-Ardenne, (ORCCA), du Ministère de la Culture (DRAC).


Une production de l’orchestre national de Lorraine en partenariat avec Moselle Arts Vivants et le Conseil Général de la Moselle dans le cadre de « Cabanes, festival de Moselle ».


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus