A notorious film-maker, an excellent writer too !


Nous connaissons Ethan Cohen grâce à l’œuvre cinématographique qu’il bâtit avec son frère Joël, les plaçant parmi les plus grands réalisateurs américains actuels. Nous ne connaissions pas son talent littéraire (je n’ai pas dit d’écriture tant nous savons, au visionnage de ces films qu’il a un vrai talent d’écrivain).

J’ai tué Phil Chapiro est un recueil de 14 nouvelles qui nous plongent dans un univers semblable à celui des films. C’est une série de personnages ratés, plus ou moins mal dans leur peau, ne sachant trouver leur voie, leur place dans la société, à qui il arrive des histoires souvent drôles, totalement dérisoires, qui mettent en exergue leur médiocrité. Chez Ethan Cohen il n’y a pas de super héros, mais plutôt des anti-héros qui essaient de vivre (survivre) cahin-caha. Ceux ne sont pas des gagnants, mais des perdants n’ayant pas le panache d’un Cyrano de Bergerac. On lit les déboires d’un boxeur trop intellectuel pour anticiper les coups, d’un mafioso minable… Nous lisons une parodie hilarante des romans policiers à la Chandleur ou à la Chase.

Ces 14 histoires nous racontent la vie, mais dans tout ce qu’elle a de dérisoire, de futile à travers de vraies caricatures personnages voire même de lieux. Ces nouvelles sont souvent écrites comme si elles allaient faire l’objet de saynètes à l’écran. Parfois elles se résument à des dialogues entrecoupés d’indications de lieu. Ce style très cinématographique les rend particulièrement vivantes, expressives.

Émile Cougut


J’ai tué Phil Chapiro

Ethan Cohen

Éditions de l’Olivier. 13€90


WUKALI 05/12/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus