A new President is born

Les attentats terroristes de Paris révèlent la dimension politique, charismatique, humaine de François Hollande, une nouvelle stature, une autorité nouvelle, un rayonnement diplomatique certain.

Il a du panache notre président Francois Hollande, on disait tant et tant sur lui, tant de bêtises et tant de mal, on psalmodiait sans réfléchir tant et tant d’inepties distillées par des officines bien peu républicaines et démagogues, d’ici ou de là. On le croyait faible on le découvre fort, volontaire, capitaine courageux pendant la tempête, un François Hollande décidant, organisant, prévoyant, commandant, tonnant, prenant les directives nécessaires, attentif à l’équipage, à la France, aux Français, à la sécurité de tous. Pendant cette semaine sanglante, dès l’annonce du massacre à Charlie-Hebdo, le Président de la République avec son premier ministre Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, est à la manœuvre sur tous les fronts, prenant toutes les décisions qui s’imposent, forçant l’admiration de la nation entière et laissant coi une opposition politique pour le moins estomaquée K.O debout !

Les gestes de la Présidence sont assurés, la présence de l’exécutif tout au long des heures qui s’égrènent dans ces jours sinistres, d’abord auprès des victimes et de leurs familles, des forces de sécurité, s’exprimant dans les discours de clarté avec le ton républicain qui convient, ont indubitablement pu convaincre les Français bouleversés dans leur chair et leur esprit par ce qui était entrain de se passer, alors que tout s’ébranle que cela tangue à l’intérieur même de nos frontières, au sein de notre capitale.

Un journal satirique Charlie-Hebdo est la victime expiatoire d’ assassins en France à la solde d’autres assassins commanditaires eux bien loin dissimulés entre le golfe d’Aden et la mer d’Arabie. Ce sont des dessinateurs, des artistes qui sont visés en premier, toute une équipe de rédaction dont une femme sont tués. C’est l’esprit français qui est touché, notre liberté d’expression, notre attachement à la laïcité inscrite en lettres d’or dans notre constitution, c’est cet esprit chansonnier, ancré depuis la Révolution dans nos institutions, c’est cette verve libertaire, cet esprit potache et bon enfant de carabins soixante-huitard qui ne pensent qu’à faire des blagues et à bouffer du curé ( ou du rabbin ou de l’Imam et c’est très bien ainsi) et moquer les dogmatismes et les rigidités ( Hum… !) des différentes religions quelles qu’elles soient qui sont la cible des assassins .

Puis le lendemain c’est l’assassinat d’une jeune policière, à Montrouge au sud de Paris, tuée d’une balle tirée dans le dos, puis le vendredi c’est l’irruption de Coulibaly dans l’Hyper Casher de la Porte de Vincennes où il tue quatre personnes de confession juive venant faire leurs courses, quadruple assassinat antisémite.

Pendant cette semaine sanglante, le pouvoir exécutif est omniprésent et François Hollande devient notre «capitaine courage», notre «lion superbe et généreux» partout présent, debout à la barre et assurant le navire. Nos policiers, nos unités d’élite, nos forces de sécurité qui forcent par leur courage et leur efficacité notre admiration, traquent, retrouvent et neutralisent les terroristes.

Diriger et réformer un pays comme la France n’est pas chose facile et tout particulièrement pendant ces temps de crises sociales et économiques et de restructurations multiples dont le pays a tant besoin, car la société se délite et l’intérêt général est délaissé. Nos tropismes continentaux et terrestres prennent une fois de plus le pas sur l’esprit maritime et d’innovation, notre vision du monde se racornit, notre outil industriel se dégrade face à la mondialisation, le temps a changé d’échelle !

La parole du Président, tant dans ses interventions télévisées pendant ces événements, comme son soutien constant auprès des forces de police ou de gendarmerie, ou dans ses voeux aux Armées est non seulement didactique et forte, mais elle est rassurante, puisant dans le corpus historique et philosophique de l’Histoire de France. Mais cette parole va bien au delà, exprimant à voix haute dans un discours prononcé depuis le pont du Charles de Gaulle et devant l’équipage du porte-avion rassemblé, un message d’ordre diplomatique (reproche de la non intervention en Syrie en juillet 2013 provoquée au dernier moment par la reculade d’Obama) et donnant une leçon de stratégie sur les positionnements géographiques des menaces. Ses anticipations des risques potentiels ont transformé l’élu de 2012 en un grand Président capable (on vient d’en voir les multiples preuves) de rassembler le pays et de conduire les réformes pour le sortir des ornières où on le croyait tombé.

Les déchirures personnelles, affectives, qui affectent chacun d’entre les individus, tout comme des circonstances exceptionnelles, des guerres qui sont tout autant de déchirures sociétales, peuvent parfois provoquer chez un homme investi de pouvoir et d’autorité une mutation qui révèle tout son potentiel et sa vérité. François Hollande fait sienne la devise de Winston Churchill: «Never give in, never, never » ( Ne pas céder, jamais, jamais). On le caricaturait comme un élu de Corrèze, un rad soc pour comices agricoles et banquets républicains, roulant en scooter et menant une vie «normale». On s’amusait de son noeud de cravate trop souvent fantasque, de ses blagues, on instrumentalisait ses déboires sentimentaux. Quoi qu’il fît était sujet à moqueries et servait à dégrader son image. Tout cela relève désormais du passé.

On a découvert un homme d’état, un chef particulièrement humain, attentif aux autres, sur la brèche et qui avec son Premier Ministre, Manuel Valls, tient le cap, conduit le bateau à bon port sans cacher les risques potentiels de gros temps et de tempête. Surtout la France avec lui a retrouvé ses valeurs, celles de la République et de la laïcité que d’aucuns prétendaient à tort désincarnées. Du monde entier, des chefs d’état ou ministres sont venus soutenir le Président de la République Française et apporter leur réconfort aux Français en marchant à leurs côtés. La clameur républicaine, La Marseillaise a été entonnée par tout un peuple rassemblé. Certes ne cédons pas aux candeurs innocentes et naïves, mais ce qui est sûr c’est que la France a désormais changé.

Une présence affirmée auprès des milieux culturels et à chaque fois un discours qui sonne comme un hymne à la République, au rassemblement et à nos valeurs. D’abord Jeudi 15 janvier François Hollande inaugure la Philharmonie de Paris où il est ovationné ( lire l’article de Wukali) et où il affirme notre culture de tolérance, et l’impérieuse liberté de l’artiste, l’exigence spirituelle de l’art, la liberté d’expression puis le lendemain il décide de venir s’adresser aux intellectuels arabes lors d’un colloque qui se tient à l’IMA où il se fait l’avocat des musulmans premières victimes de l’intolérance et fait l’éloge du savoir, de la création, de l’éducation et de la démocratie


Hollande: les musulmans "premières victimes du… par BFMTV


Des décisions sont entrain d’être prises, elles ont été annoncées par le Premier Ministre Manuel Valls. Au Parlement et partout où il est intervenu Manuel Valls a porté un hymne à la République qui faisait chaud au coeur. Son gouvernement a fait preuve d’une très grande efficacité porteuse d’avenir.

Une exceptionnelle synergie rassemble les décisions de réforme d’ordre institutionnel ou économique ainsi que les mesures visant à la sécurité du pays. Les chefs d’état ou Premiers Ministres européens, les commissions bruxelloises entendront résonner fort la voix de la France. Sic transit gloria mundi n’est ce pas, tout va si vite et change !

Les éternels défaitistes et pire encore les donneurs de leçons ou de morale (qui n’ont au demeurant aucun succès à leur actif…) ne pourront plus désormais fustiger et tonner contre la politique présidentielle, avec le menton autoritaire, la mâchoire carnivore et l’oeil torve… Quant à l’extrême-droite et ses épigones bien pensants, il sera intéressant de surveiller dans les semaines qui viennent les sondages, je ne serais pas étonné de les voir marquer un arrêt et chuter, et je vous l’avoue je m’en réjouis !

Pierre-Alain Lévy


Illustration de l’entête: Réunion de crise à l’Elysée autour du Président de la République, ministres et chefs militaires. Janvier 2015


WUKALI 16/01/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus