Ph. D present on stage their works in a very short piece of time. An entertainment and playful challenge


Trois minutes chrono, c’est le défi que les étudiants doctorants de l’Université de Lorraine se fixent pour présenter leurs thèses. Une épreuve à la fois synthétique et intellectuelle, un objectif parfait de communication et une présentation ludique et joyeuse d’un marketing efficace capable de faire passer, diffuser et percoler les messages de la vie et des recherches universitaires vers l’ensemble de la société. Ma thèse en 180 secondes c’est en fait un grand concours national et international de la communauté étudiante des doctorants. L’épreuve messine aura lieu le mardi 24 mars à 17h30 au Théâtre du Saulcy/Espace Bernard-Marie Koltès, Ile du Saulcy à Metz. Sept candidats se succéderont .

Aziza présentera son travail sur les troupes coloniales marocaines dans les opérations extérieures de l’Armée Française, Blandine traitera du transport et du devenir des particules virales dans un bassin hydrographique urbanisé, on attend avec impatience d’écouter Charles-Henri exposer les effets des transferts de spin à l’échelle nano-métrique. Élie quant à lui ouvrira sur les réseaux sociaux en ligne et le droit pénal, sujet on ne peut plus d’actualité s’il en est! Fleur, au beau sourire, exposera les alternatives à l’État-Nation en Afrique et en Europe. Quentin passionné de recherche présentera son travail sur la biodiversité et les interactions biotiques et fonctionnelles dans des sols fortement anthropisés, quant à Mickael il rendra compte de la nouvelle économie du droit pénal.

Voila de quoi satisfaire les curiosités les plus diverses ! Comment se débrouilleront-ils pour faire passer leurs messages, qui remportera le concours ? Le public est largement invité à venir assister aux épreuves

Le gagnant de la finale régionale représentera l’Université de Lorraine lors de la finale nationale, le 3 juin 2015, au Palais des congrès- Centre Prouvé de Nancy.

La finale internationale aura lieu le 1er octobre à la Sorbonne à Paris avec des doctorants du Québec, de Belgique et du Maroc.

P-A L


WUKALI 19/03/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus