Deep in the archaic and antique origins, high in the air towards the sun


Stanko Kristic, est un artiste naturalisé français d’origine serbe, qui vit depuis de nombreuses années en France. Un sculpteur, mosaïste et bien plus encore.
Ses matières de prédilection sont le marbre, la pâte de verre, la mosaïque, le fer, l’acier, l’inox… Nous l’avons rencontré et il nous a accordé un entretien.

Non sans audace, il réinterprète sans cesse la scène originelle de l’artiste qui façonne la matière, la métamorphose, la transcende pour libérer des dieux, des demi-dieux, des chevaux, des licornes, des taureaux ou autres animaux. De son imaginaire naissent le plus souvent des personnages mythiques et aussi des hommes… Mais ces derniers habillés de mosaïques, parés de lumière, se font tour à tour divinités, Zeus, Athéna, Aphrodite, La Belle Hélène, (sculptures en marbre et verre et pâte de verre) manitous, totems, hommes d’esprit, hommes d’humour, hommes-masques, mais jamais de simples mortels. Ce serait mal connaître l’artiste qui voit en chacun de nous une créature unique. Tout ce petit monde se côtoie et cohabite avec bienveillance dans son grand atelier de la rue principale du« village préféré des Français», Cordes-sur-Ciel dans le département du Tarn [[Cordes sur Ciel : village préféré des français 2014, émission télévisée de Stéphane Bern sur France 2]]. Quel bonheur de faire entrer des divinités dans son univers quand on habite si près du Ciel !

Rencontre entre le mouvement et la lumière

L’art de Stanko Kristic s’impose à notre vue, nous interpelle, nous étonne, nous séduit, nous émeut. Il peut nous désarçonner aussi ! Pensez, un cheval d’une hauteur de 6 m! « La joie de vivre » – joli nom pour un cheval de course- se dresse aujourd’hui fièrement à Saint-Cyr sur Loire.

On s’émerveille encore de ses sculptures en acier inoxydable « La Comédie mythologique : La licorne chevauchée avec la reine Sirène » « Pégazine Mama », « Centauresse à la lyre », « Centauresse comédienne » « Combat des minotaures », « Retour d’Ulysse ».

Depuis de nombreuses années, les œuvres de l’artiste se font monumentales et s’offre au regard du public un peu partout en France et en Europe.

L’art de Stanko Kristic est fait de force et de mystère Il se construit en opposition aux avant-gardes dont la définition est totalement liée à l’objet. De prime abord, on pourrait lui trouver quelques similitudes, des correspondances, avec ce côté insolite et ludique qu’il donne à chacune de ses pièces. Cette façon aussi qu’il a d’expérimenter, de s’aventurer vers de nouvelles expériences, vers de nouveaux discours. Mais Stanko Kristic se positionne différemment, entre artiste et artisan, car il sait qu’il doit être minutieux dans son travail. Au millimètre près, l’œuvre raconte une autre histoire. Et cela, l’Artiste ne le veut pas.

Pétra Wauters



Stanko Kristic, Artiste Sculpteur par stankokristic


Rencontre avec Stanko Kristic

Comment vous présenteriez-vous à nos lecteurs ?

Je suis Stanimir Krstic, dit Stanko Kristic sculpteur-mosaïste, peintre, né en Yougoslavie à Slavujenac, Presevo, naturalisé Français d’origine Serbe.
Je sculpte tous les matériaux.

Après avoir vécu et travaillé à Paris, vous vous êtes installé à Cordes. Pourquoi ?

Lorsque je suis arrivé à Cordes sur Ciel, je suis tombé sous le charme de ce joli village unique ; cela me rappelle la Côte dalmate – Dubrovnic

On vous surnomme la « légende de Cordes sur Ciel », cela vous fait-il plaisir ?

Bien sûr, je n’en veux pas plus, cela me plaît mais c’est aux autres d’en juger.

Une autre légende, Camus, fut lui aussi charmé par les lieux. Aimez-vous cet auteur ? Quels autres artistes aimez-vous ?

Albert Camus est une vraie légende, un grand prophète visionnaire. Dommage qu’il soit parti trop jeune.. J’aime également Dostoïevski ainsi que Boris Godounov de Moussorgski.

Dans le domaine des arts, vous reconnaissez vous des modèles, des artistes qui vous ont influencé ?

Je préfère rester original. J’admire beaucoup les artistes comme Pablo Picasso dont j’aime la force et le mystère. Je recherche cette force dans mon travail, et j’y ajoute mystère et élégance.

Quel est votre processus de création ?


Quand je me mets au travail, j’oublie tout. Je fais mon œuvre, et cet abandon se voit dans mes œuvres une fois terminées.

Je puise mon inspiration dans mon environnement. Je vais dans le jardin à la recherche du bonheur, en quelque sorte. Moi, j’aime les couleurs comme un gamin. Elles donnent la force et le dynamisme mais surtout la joie de vivre.

Quels sont vos projets ?

J’ai en projet La fontaine en inox (acier inoxydable N°316 – hauteur 7 m avec 14 sculptures sur la fontaine), si tout va bien, j’espère la finir fin janvier 2016. Autre projet « La déesse d’amour » marbre et pâte de verre.


WUKALI 09/08/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus