When spectrography 3D provokes a huge curiosity turmoil among Egyptologists


Il se pourrait bien que le mystère du lieu d’inhumation de Néfertiti, reine d’Egypte, ait été enfin résolu et cela 100 ans après que l’archéologue britannique Howard Carter ait découvert la tombe de Toutankhâmon dans la Vallée des rois.

Rappelons pour mémoire que Néfertiti était la grande épouse royale d’Aménophis IV Akhenaton (1372-1354 av JC) dont le règne fut marqué par la révolution amarnienne à savoir : une relation directe entre le pharaon et le divin, une mise en échec de la cléricature de Thèbes et un sentiment artistique d’une intense beauté. On situe la vie de Néfertiti entre 1370 et 1333-34 av. JC.

L’égyptologue britannique Nicholas Reeves, de l’université de l’Arizona, a découvert ainsi des lézardes sur les murs de la chambre funéraire de Toutankhâmon ce qui laisserait supposer l’existence de deux passages qui furent murés, plâtrés et «inviolés depuis l’Antiquité

Nicholas Reeves, dont le rapport vient juste d’être publié en juillet dernier et dont nous avons eu connaissance, estime qu’un passage conduit probablement à un magasin de vivres tandis que l’autre qui est dans l’alignement de l’entrée de la chambre funéraire pourrait conduire à la chambre funéraire de Néfertiti, la propriétaire des lieux.


L’archéologue britannique a examiné les fissures sur des photographies à ultra haute résolution publiées par un laboratoire madrilène, Factum Arte, spécialisé en spectrographie 3D et en reproduction à l’identique. Pour tous ceux qui ont eu la possibilité d’examiner ces images obtenues par scanner, «les résultats dépassent les attentes». Pour Nicholas Reeves, il est indispensable maintenant d’envisager une étude complète et géophysique de la tombe et de ses vicinités.

Jusqu’à présent, la petitesse de la tombe de Toutankhâmon dont les dimensions sont plus proches de celles d’une antichambre, a suscité bien des interrogations chez les égyptologues. Ainsi la découverte d’une porte cachée laisse à penser que la chambre funéraire du pharaon ne pourrait être qu’une section extérieure d’une tombe-couloir à l’intérieur même d’une autre tombe. Cela fait lien avec de précédentes études qui estimaient que le plus que fameux masque d’or funéraire de Toutankhâmon avait originellement été conçu pour Néfertiti qui était tout à la fois la régente du royaume et la belle-mère, et non point mère, de Toutankhamon comme l’ont ainsi prouvé de récentes recherches.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 14/08/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l entête : buste de Néfertiti, Neues Museum Berlin.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus