First problems for Putin’s strategy in Syria


Les tragiques événements du Sinaï, survenus récemment, interpellent la conscience universelle et posent d’innombrables questions…Dont les réponses sont difficiles à trouver…J’aimerais en poser quelques jalons…

Rappelons d’abord que Poutine se moque pas mal que des gens meurent, si c’est bon pour lui. Dans le cas contraire, il semble avoir des difficultés dans ses ripostes : ce qui est normal, étant donné qu’il ne comprend que les rapports de force qui lui sont favorables.
Quand, avec la permission du Kremlin, les« insurgés russes d’Ukraine

 » (autrement dit l’armée russe) ont tiré un missile et détruit l’avion de la Malaysian Airlines, le Boeing du vol MH17 du 9 septembre 2014 avec plus de 200 passagers à bord, , Poutine n’en avait cure, riant sous cape du bon tour joué à la réprobation mondiale impuissante! Son cynisme allant jusqu’à accuser les Ukrainiens de cet acte odieux. Comme si ces derniers en avaient eu les moyens ! Et pour quel résultat, sachant que les occidentaux ne les aideraient pas ???

L’intervention russe en Syrie, au service du tyran de Damas comme de ses intérêts particuliers, a été mûrement réfléchie par l’autocrate de Moscou… Il connaît bien son histoire contemporaine. Encouragé par la mollesse d’Obama dont j’ai déjà parlé ici, soutenu par son ego surdimensionné, persuadé de sa bonne étoile, il a fait fort avec l’utilisation de dizaines d’avions contre les ennemis d’Assad, en priorité l’opposition semi-démocratique.

Ne nous leurrons pas : créer un état véritablement démocratique sur les ruines de la Syrie serait un exploit ! C’est inenvisageable actuellement…Et peut-être pour longtemps…La vérité du terrain est cruelle…

Le matraquage aérien russe ne semble pas donner les résultats espérés…Il exaspère et multiplie les résistances armées en Syrie… J’ai déjà écrit ici ce que je pensais de l’avenir de la ruée russe sur ce malheureux pays : les pertes russes vont se multiplier. Elles finiront par devenir insupportables pour leur population. Pour l’instant, le dictateur élu Poutine n’en a cure. Enfin, n’en avait cure…Car la destruction en vol de l’avion russe au-dessus de la péninsule du Sinaï change la donne : plus de 200 morts ! Le despote issu du KGB le sait parfaitement.

Il a fait preuve d’une certaine naïveté en imaginant que les adversaires d’Assad n’auraient pas les moyens techniques pour lui répondre… Son soi-disant génie n’est qu’une gesticulation stalinienne de mauvais aloi. C’est un joueur de poker assez primaire que la chance commence à abandonner…Sa réputation d’intelligence supérieure n’est que le reflet de la lâcheté des autres…

Nul ne sait comment va évoluer la situation, en Syrie comme dans l’ensemble du Moyen-Orient. Ce qui est évident c’est que les attentats anti-russes vont se multiplier, même sur le territoire de « la mère-patrie ». Mais cela ne va pas s’arrêter à nos portes : je crains une vague islamiste contre l’ensemble des nations qui s’opposent au fondamentalisme islamique…Avec de nombreux morts à la clé…

La surenchère à laquelle se livrent sunnites et chiites va se développer, inévitablement. C’est, à mon avis, le fond du problème avec, au final, un règlement de compte parfaitement épouvantable : la victoire ou la mort.

Nos guerres de religion remontent aux 16ème et 17ème siècles. Il nous est bien difficile de comprendre celles d’aujourd’hui, dans cet Orient mystérieux…

Quant à Poutine, il va devoir tenir compte des autres qu’il méprise tant. Pas facile pour lui d’admettre qu’il peut, sinon se tromper, tout au moins faire face à des gens encore moins scrupuleux que lui !

Gageons qu’il croira pouvoir les rouler comme il le fait actuellement avec de nombreux dirigeants étrangers…Il lui faudra subir pas mal de pertes de toutes origines (humaines, matérielles, financières) pour que son hypertrophie du moi diminue…Et amène enfin la Russie et les Russes à admettre qu’ils ne sont pas les maîtres du monde mais une grande nation qui a sa place, sa juste place dans la communauté mondiale…

Alain Fabre


A lire aussi :

Vladimir Poutine, méthodes et stratégies
Poutine vole au secours d’Assad


WUKALI

09/11/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l’entête: Bachar el-Assad en visite à Moscou en octobre 2015 salue le ministre de la défense russe Sergueï Choïgou. à g le Premier ministre Dmitri Medvedev, au centre Vladimir Poutine. Photo © Sputnik. Alexei Druzhinin.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus