When prehistory research meets philosophy, art and anthropology


A l’occasion de la visite de la grotte de Chauvet-Pont d’Arc ouverte au publique en juin dernier, j’ai pu enfin admirer la réplique de l’invention des spéléologues Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire. Au cœur de l’Ardèche, l’originale et la copie à l’identique se font face.

Dès la présentation de leur invention, la grotte s’est distinguée par son caractère exceptionnel. En effet, jusqu’alors la pensée prédominante dans la communauté savante était de placer l’homme dans une évolution continue jusqu’à nous. Or, avec la découverte de la grotte de Chauvet, les archéologues s’aperçoivent que l’homme est capable de d’exécuter des peintures aussi impressionnantes que dans la grotte de Lascaux et cela 20 000 avant !

L’hypothèse de l’apogée de l’évolution de l’art de l’homme moderne avec la grotte de Lascaux s’avère fausse et remet ainsi en cause l’évolution lente et progressive des capacités de l’homme. Il apparaît à l’Aurignacien (-40 000 avant notre ère) que Homo Sapiens avait des capacités de réflexions et d’abstractions très proche de nous dont découlent les magnifiques fresques de la grotte de Chauvet-Pont d’Arc.

Lors du parcours de la grotte, ce qui impressionne est l’abondance des traces et des dessins mais aussi la diversité des techniques utilisées. Les artistes à l’œuvre dans la grotte devaient avoir une grande capacité de conceptualisation pour concevoir une fresque si intense.

Les panneaux ornés de la salle du fond dépeignent avec un réalisme et une intention le mouvement des félins chassant des bisons. Il est difficile d’appréhender l’ensemble de l’œuvre d’un seul regard. Il apparaît très rapidement que l’artiste n’a pas souhaité que la fresque se découvre en entier à ces contemporains. Ces fresques posent beaucoup de questions sur leurs rôles et leurs utilités au sein de cette société. Est ce de l’art, de la communication ?

Imaginez-vous au fond de la grotte avec une ou deux torches comme seule source de lumière : l’auteur ou le chef du groupe prenant la parole tout en éclairant une scène en particulier de la fresque pour illustrer son récit.

Pouvons-nous aller jusqu’à la supposition d’un lieu rituel permettant la cohésion sociale du groupe ?

Et c’est ce qui amène au livre de Anne-Marie Tillier : L’homme et la mort, L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire.

La conscience de la mort apparait comme le curseur permettant d’extraire l’homme de sa seule condition d’animal. Si l’homme est capable de prendre soin de ses morts c’est qu’il est capable d’abstractions. Il n’est plus uniquement lié à la quête de nourriture. Comment pouvons nous interpréter ces gestes funéraires ? S’agit-il d’un hommage aux morts, une croyance ?

L’innocence de la jeunesse m’étonnera toujours par sa capacité à croire que ses découvertes lui sont propres. La méconnaissance des actes passés lui fait penser qu’ils n’ont pas existé. De ces conclusions hâtives peuvent découler de fausses hypothèses. L’appréhension de la préhistoire a surement été faite par de grands enfants qui s’imaginaient notre lointain ascendant comme moins évolué qu’eux. Il apparaît que les études et les découvertes les plus récentes, comme la grotte Chauvet, ont permis la remise en cause de ces hypothèses passées. L’Homo Sapiens de la grotte Chauvet n’est pas différent de l’homme moderne (nous).

Il est clairement prouvé que l’Homo Sapiens a eu recourt aux rites funéraires. Des vestiges de ces rites ont pu nous parvenir, mais en se basant sur des rites actuels, il est possible que nombre d’entre eux aient disparus ou soient indétectables comme la crémation ou l’offrande aux éléments naturels.

Cet ouvrage nous pose la question de l’appréhension de la sépulture et de l’exercice du rite funéraire pour les hommes de la préhistoire. Mais, qu’en est-il de nos buts actuels ? S’agit-il de préparer les défunts à la vie d’après, de rendre hommage à nos ancêtres et nous placer dans une ligné ? S’agit-il de rassurer les vivants ?


Guillaume Robin


L’homme et la mort
L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire.

CNRS Editions. 8€
Collection Le Passé recomposé


Illustration de l’entête: crédit photo Ardèche © MCC/DRAC. Salle du nord


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus