Edvard Munch illustrated


Voici un livre étrange, mystérieux presque, un roman graphique, un livre de bandes dessinées ou pas tout à fait, une biographie en quelque sorte d’Edvard Munch, une suite de dessins retraçant la vie du peintre en Norvège, à Paris, mais aussi un livre de réflexions sur l’art et la peinture, un livre témoin de la pensée théorique de l’artiste dont on découvre l’abondant patrimoine écrit. C’est un livre de silence des années de jeunesse, de souffrances, de solitude et de deuils familiaux qui se succèdent, de la formation du peintre et de ses rencontres avec les écrivains Ibsen ou Strindberg ou ses cénacles sensibles parmi ses amis peintres ainsi que de ses liens amoureux et passionnés. Il ne s’agit pas d’un livre d’art, pas de reproductions, pas de «Cris» ou autres tableaux. Seuls un oeil averti pourra reconnaître au travers des vignettes, l’évocation quasi subliminale de quelques oeuvres célèbres du maître d’Oslo, de ses portraits ou de tableaux impressionnistes de Manet par exemple ( le Bar des folies bergères) ou de Lautrec.

Ce livre dont les dessins sont d’une toute jeune artiste Giorgia Marras et la préface d’Ester Armanino, c ‘est aussi une base de réflexion sur la peinture, le constat désabusé et intellectuel de Munch sur ses contemporains et la situation de l’art. «On ne peut peindre des intérieurs avec des hommes qui lisent et des femmes qui tricotent. On peindra des êtres vivants qui respirent et qui sentent, qui souffrent et qui aiment». Bien loin des monographies savantes ce livre offre de façon concise et agréable un éclairage précieux sur Munch, tout particulièrement dans les annexes avec le témoignage du psychiatre Marco Alessandrini, traducteur de Munch en italien.

C’est un livre de silence, reflet d’une société luthérienne puritaine certes, et la scansion des textes dans les cartouches des dessins, autonomes les uns par rapport aux autres, participent à ce climat «sonore». Si l’on prêtait l’oreille, l’on pourrait presqu’entendre je crois, le crépitement d’un appareil de projection cinématographique et de la pellicule qui défile, un retour dans le temps comme dans certains génériques d’émissions télévisées… Le livre à peine publié et déjà reçu, conserve encore l’odeur des encres.

L’auteur de ce livre, Giorgia Marras, est une jeune dessinatrice italienne. En 2013 elle a été sélectionnée par la projet de coopération artistique CreArt, organisé par la Commission européenne. Munch avant Munch son premier roman graphique, a été réalisé à l’Atelierhaus Salzamt, un espace dédié à l’art contemporain situé à Linz en Autriche. Actuellement en résidence à la maison des auteurs à Angoulême, elle prépare un nouveau roman graphique consacré à l’impératrice Sissi.

Pour quel public et de quel âge, pour quels lecteurs ce livre? J’avoue ne point me décider. C’est un livre respectueux quoi qu’il en soit et un livre documenté, facile à lire, bien fait avec à la fin d’intéressantes notices biographiques et analytiques tant sur Munch que sur tous ces personnages qui apparaissent dans le récit.

Pierre-Alain Lévy


Munch avant Munch
Giorgias Marras

éditions Steinkis. 18€


WUKALI 12/05/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus