Et d’un, et de deux et de trois… ! Ce sont trois des plus grands musées de New-York et pas des moindres, le Metropolitan Museum of Art (MET), le Musée d’ Art Moderne (MoMA) et le Musée de Brooklyn qui annoncent une réduction drastique de leurs personnels afin de réduire leurs charges financières et d’alléger leur fonctionnement interne, c’est ce que révèle le magazine The Art Newspaper.

Les réductions d’effectifs touchent l’ensemble des effectifs à commencer par les directions centrales avec les salaires les plus élevés et dans des fonctions sensibles ( telle la vice-présidente du marketing et des relations extérieures, le responsable de l’informatique ou la directrice chargée de la communication extérieure et de l’identité de marque pour le MET).

Ces plans illustrent la difficulté aux USA pour se financer par le mécénat qui ne remplit plus aujourd’hui les caisses et qu’il faut cependant séduire. Selon une étude réalisée par The Art Newspaper, les musées américains ont dépensé entre 2007 et 2014, 5 milliards $ sur des projets immobiliers laissant les caisses exsangues pour payer les personnels. Il semblerait qu’aucune de ces institutions ne soit au demeurant en grandes difficultés financières… tout du moins c’est toujours ce que l’on dit face à des actionnaires ou les média !

Le Met a ainsi récemment annexé le Witney museum of American Art et a ainsi indiqué que sa restructuration sur deux ans est compensée par un déficit de 10 millions $ cette année et que la dotation du musée à la fin de 2015 était de 2,7 milliards $. Dans une déclaration, le président du musée, M. Daniel Weiss donne le point de vue suivant :, «Nous avons investi dans des programmes variés que nous considérons comme intéressants et importants et nous sommes allés peut-être un peu trop vite en besogne…». La douche écossaise au MET en plus de la réduction des personnels consistera également à prolonger les expositions et à retarder les travaux d’équipement prévus dans son aile d’art contemporain


Pour le MoMA qui a entrepris en début d’année des travaux de rénovation et d’expansion budgétés à 440 millions $, les fonds ne semblent pas par ailleurs faire défaut. Les rachats de crédits interviendront dés juillet grâce à la donation du producteur de musique David Geffen pour un montant de 100 millions $. Les réductions d’effectifs affecteront les personnels les plus âgés.

Quant au musée de Brooklyn, qui vient juste de rendre public la réinstallation de toute sa collection, les rachats volontaires de crédits contribueront à l’effort pour réduire le déficit à 3 millions $. Pour sa directrice, Anne Pasternak, «si la croissance a été impressionnante toutes ces dernières années, le coût de gestion et d’entretien du musée a cru de façon très substantielle».

Selon les portes-paroles du MET et du MoMA, les musées ont consacré l’essentiel de leurs budgets annuels sur des frais de personnel. À titre de comparaison, les salaires pour les directeurs et conservateurs de haut rang peuvent ainsi être deux ou trois fois plus élevés que ceux payés au Royaume Uni pour les mêmes fonctions. En 2013, le MET a payé 200 millions $ au titre des salaires et bénéfices pour ses 2.300 employés soit 70% de ses coûts annuels globaux. Le MoMA a dépensé quant à lui 87 millions $ (50% ses coûts annuels globaux)

A la suite de la grande crise financière de 2009, le MET a supprimé 74 emplois et a mis en retraite 95 personnes. Quant au MoMA, il eut à subir une grève sévère en 2015.

P-A L pour l’adaptation française


WUKALI 23/06/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus