Some erotic short stories

Les amateurs de littérature érotique connaissent les éditions de la Musardine et leur collection «Osez… 20 histoires de… » La liste est longue cela va de « plan à trois  » à « Noël  » en passant par « sexe en voyage » ou encore « coup de foudre sexuel  » et « première fois », soit en tout 33 titres, et, par la force des choses 660 histoires, des petites nouvelles, des variations sur un thème donné avec bien sûr une (ou des ) relation sexuelle à la clé. L’originalité de cette collection, en outre, est que ces histoires ne sont pas réservées à des auteurs publiés par la Musardine dans ses autres collections. De fait tout un chacun est invité à écrire son histoire sur le thème proposé, de l’envoyer, et, avec un peu de chance, la voir retenue et publiée. En quelque sorte la Musardine propose une sorte de concours de nouvelles. Cela permettra, je n’en doute pas, de permettre à certains de s’essayer à l’écriture de façon très plaisante.

La dernière parution de cette collection porte sur ce phénomène vieux comme l’humanité mais qui fait parler énormément de lui actuellement (il suffit de voir et de lire les nombreux reportages s’y reportant) : le candaulisme. Peu importe les origines mythologiques autour du roi [**Candaule*] de ce phénomène qui consiste à prendre du plaisir à voir son ou sa partenaire faire l’amour avec une tierce personne et ce sans participer de quelque façon que ce soit, à part regarder bien sûr. Dans ces 20 nouvelles nous avons aussi bien le point de vue du (ou de la) voyeur, de celui (ou celle) qui « change » de partenaire et du tiers. On s’aperçoit que les motivations peuvent être différentes (du fantasme partagé à l’impuissance), les réactions de « l’actif » et du voyeur empruntant des chemins fort opposés. Une constante : le Désir, parfois teinté d’un doigt de jalousie. Mais aussi une certaine forme de partage, d’intellectualisation du plaisir sexuel qui peut-être atteint sans rapports directs entre les deux partenaires habituels. Le rôle du tiers est quelque peu spécial : il (ou elle) se prête à un jeu érotique dont les règles ont été fixées par des tiers. Il les accepte mais ne peut les remettre en cause. Ce qu’il souhaite c’est avoir une relation sexuelle en toute connaissance de cause (ou pas d’ailleurs puisque le « voyeur » n’est pas obligatoirement dans la même pièce). Il peut, de fait, le plus souvent être perçu comme un objet sexuel parmi tant d’autres, fait d’os et de chaires et non de latex ou autres matériaux inertes. Mais cela est loin d’être important car le but final est le de trouver du plaisir physique et rien de plus. Et tout cela, bien sûr entre adultes consentants.

Alors si vous ne savez pas ce qu’est le candaulisme ou si vous voulez approfondir vos connaissances sur ce sujet de manière plus que plaisant, alors n’hésitez surtout pas à lire Osez… 20 histoires de candaulisme.

[** Émile Cougut*]


[**Osez… 20 histoires de candaulisme*]
éditions de la Musardine. 8€90


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus