The rising of an excellent author from Sri Lanka


Bien peu de lecteurs français ont entendu parler, voire connaissent [**Ashok Ferrey*]. En soi, c’est normal car ce dernier est sri-lankais, et le moins que l’on puisse dire c’est que la littérature sri-lankaise est loin d’être connue dans notre beau pays. Le Mercure de France, fidèle à sa politique éditoriale, a décidé de traduire et de publier un de ses romans : [**L’incessant bavardage des démons*], et c’est une heureuse découverte que nous apporte sa lecture.

Sonny est un jeune homme issu d’une très bonne famille de l’île, le dernier rejeton d’une famille aristocratique. Orphelin très jeune il est élevé par sa mère Clarice, dont le titre de noblesse est « la kumariharmy  ». Celle-ci est la fille d’un astrologue-sorcier, une parvenue qui entend bien régenter son univers, elle chasse ses deux belles-sœurs, est persuadée que son fils est dominé par des démons, fils qu’elle passe son temps à dénigrer. Parfaitement égoïste, craignant de retomber dans la misère, elle terrorise les quatre derniers serviteurs qui lui restent après s’être débarrassée de son fils en l’envoyant étudier à Oxford. Là, il rencontre une jeune Américaine d’origine italienne, Luisa, qui après quelques péripéties accepte de l’épouser. La vie n’est pas facile comme il va vite s’apercevoir : « C’est une chose sacrément compliquée que la vie à deux. C’est une guerre d’usure pour faire céder son conjoint, de le soumettre à tout prix, après quoi on peut exister ensemble en douceur, tandis que dans le même temps, l’autre vous prépare le même coup.  »

Quand le jeune couple vient voir Clarice au Sri-Lanka pour lui annoncer qu’elle va être grand-mère, rien ne se passe comme prévu, d’autant que le diable qui s’est installé dans ce petit bout du monde essaie de mettre son grain de sable. Sonny se trouve partagé entre son aspect occidental et la force, l’univers, la culture de ses racines, d’autant plus que la belle Sita, la servante dévouée de sa mère, est toujours amoureuse d’elle.
L’incessant bavardage des démons nous plonge dans un univers que nous ne connaissons pas, encore empreint d’une culture, de traditions que certains pourraient trouver rétrogrades autour du merveilleux, de la sorcellerie, des forces invisibles qui agissent sur le quotidien. Une société très hiérarchisée par la naissance où les mentalités féodales sont encore très présentes. Par bien des aspects, avec ce roman d’Ashok Ferrey, nous ne sommes pas loin de Cent ans de solitude de [**Gabriel Garcia Marquez*] et de la littérature sud-américaine. Sonny est l’exemple parfait d’un jeune très complexé, totalement dominé par sa mère et qui n’arrive pas (ou du moins mal) à choisir entre Luisa, l’occidentale, l’avenir et Sita, la sri-lankaise, son univers culturel. Il voudrait pouvoir avoir les deux en même temps, mais c’est impossible, bien sûr.

[**L’incessant bavardage des démons*] est aussi un roman qui nous interroge sur le mal : qu’est-ce que le mal ? A quoi sert-il ? Comment le combattre ? Pourquoi le subissons-nous ? Etc. « C’est parce qu’il y a des gens dans le monde prêts à accomplir de vilaines choses que d’autres gens peuvent vivre et se permettre de prendre de grands airs pour condamner ceux qui ont réalisé leurs désir secret.  » ou encore : « le Diable était dans un état de crise aiguë. Vu qu’il incarnait le mal, il était forcément dans sa nature d’être mauvais, comme celle d’un serpent de piquer. En d’autres termes, il n’avait aucun libre arbitre. Comment lui reprocher sa méchanceté ? En accomplissant son destin de méchanceté, le Diable n’était-il pas en fidèle à lui-même, et par là, plutôt bon ? Que pire il devenait, meilleur il était ? Il était clair qu’on ne pouvait le classer comme vraiment mauvais que s’il commettait ses horreurs en ayant consciemment rejeté la bonne alternative. »

Et ce ne sont que quelques exemples, pour vous donner l’envie de découvrir cet auteur.

[** Emile Cougut*]


[**L’incessant bavardage des démons
Ashok Ferrey*]
éditions Mercure de France. 23€


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 14/04/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus