Napoleon is dead !


Le 5 mai 1821, à 17 h 49, s’éteignait dans l’île de Sainte Héléne dans l’océan Atlantique-sud, [**Napoléon*], celui que les Anglais appelaient le[** général Bonaparte*].

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer que l’Europe, puis le reste du monde, durent attendre deux mois avant de connaître le décès de Napoléon sur l’île de la relégation ultime. Sans même faire référence aux réseaux sociaux, souvenons-nous que dés le développement de la télévision et des « directs » on a pu assister seconde par seconde à l’agonie de [**Franco*], de [**Tito*] ou encore de [**Jean-Paul II*]. Mais à l’ère de la navigation à voile, le HMS Heron, le bateau amenant le [**capitaine Crokat*] portant les missives annonçant le décès (et les causes de la mort : un ulcère cancéreux à l’estomac), même s’il est parti le 6 mai, dès le lendemain de la mort, n’est arrivé en Angleterre que le 4 juillet. Les premiers prévenus furent bien entendu les Anglais. Le roi [**George IV,*] occupé par la préparation de son couronnement, aurait dit, quand on lui avait annoncé le décès de son pire ennemi : « elle est morte », faisant allusion à la reine [**Caroline*], son épouse, avec qui il était plus qu’en froid.

Quoiqu’il en soit, la mort de l’empereur déchu n’entraîna… rien si ce n’est une sorte d’indifférence générale. On connait la réflexion faussement attribuée à [**Talleyrand*] : « ce n’est pas un événement, c’est une nouvelle ». Soit, il y eut de la peine chez les bonapartistes, quelques troubles, vite réprimés. Même la censure fut très légère. Soit, [**Madame Mère*] fut très peinée de la mort de son fils, sa sœur [**Pauline*] aussi, mais le reste de la famille Bonaparte/ Beauharnais eut une attitude bien plus en retrait. Soit [**Marie-Louise*] a toujours bataillé pour conserver son titre d’Impératrice et n’admettait pas les critiques contre son époux, mais quelques jours après l’annonce, elle se remariait avec son amant pour accoucher le lendemain de leur troisième enfant. Seul, l'[**Aiglon*] montra un vrai chagrin.

Si l’annonce de la mort de Napoléon fut « acceptée », commencèrent (pour ne pas dire continuèrent) les critiques contre ses conditions de détention, les Anglais ne furent pas en reste et les rumeurs, reprises dans les années 1950, concernant un empoisonnement. Celui qui fut le « bouc émissaire », la victime expiatoire, l’homme sujet à toutes les critiques, fut bien évidement [**Hudson Lowe*], le gouverneur de Saint-Hélène qui est passé dans l’histoire pour un incompétent, rigide et exécutant les ordres qui lui étaient donnés sans aucun sens de l’humanité.

[**Thierry Lentz*] porte son étude sur une courte période : juillet à septembre 1821, à travers de courts chapitres thématiques qui exposent clairement les différentes réactions dans le monde entier quand cette nouvelle se diffusa. L’auteur aborde un aspect encore peu étudié qui complète parfaitement la saga napoléonienne.

[** Félix Delmas*]|right>


[**Bonaparte n’est plus
Le monde apprend la mort de Napoléon
Thierry Lentz*]
éditions Perrin. 22€


[(


– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, Soutenez Wukali, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Aidez-nous à faire connaître WUKALI…

– Vous retrouverez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write in French but only in English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 18/01/2019)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus