A thief in the City Subway, drugs and addiction


Comment traduire au mieux Pinched: rattrapé, épinglé, harponné, arrêté, coincé ? C’est l’histoire d’un pickpocket qui sévit dans le métro. Jeune, visage émacié, dégingandé, il n’a pas son pareil pour vider les poches et s’emparer de tout ce qui tombe sous sa main. Une tête d’ange, et des mains de monte-en-l’air ! Tout est bon pour lui, car tout ce qu’il vole se transformera tôt ou tard après le passage chez un receleur, par un billet pour acheter de la drogue ! Accro à la drogue, à la fumette ou à plus jusqu’au tragique. Son mauvais génie se cache toujours quelque part pour l’attendre. Il s’y soumet, et sa puissance est irrésistible, jusqu’à rendre le quotidien insupportable, cauchemardesque. Quand il s’adonne à son addiction, ce ne sont plus alors que des rêves exprimant un monde d’un paradis perdu, mais au réveil il faudra à nouveau trouver de quoi payer cette drogue, et le cycle douloureux recommence. Reclus dans son corps et dans sa tête, éclaté, schizophrène, schizoïde. L’autre, les autres, n’apparaissent plus que sous des formes monstrueuses dans un monde hostile.


Bien loin de cette fiction, la réalité est tout aussi glauque pour nombres de jeunes aujourd’hui en crise, et si l’action de de film se déroule aux Etats-Unis, la même réalité a cours chez nous. Nombre de services psychiatriques reçoivent des jeunes gens, garçons ou filles, détruits par la drogue du fait d’une consommation débutée très jeune et s’accroissant à fur et à mesure du temps qui passe.

La musique, signée [**Tom Erba*], est lancinante, répétitive, métallique, grinçante comme celle que l’on écoute dans les raves. Le dessin est coupant et incisif comme des lames de rasoirs. Les personnages auraient pu être imaginés indifféremment par [**Bernard Buffet*] pour leurs aspects anguleux, taillés à coup de serpe, ou d’un autre côté par [**Saint Exupéry*] dans les dessins arrondis comme ceux du Petit Prince ! Ambiguïté, ambivalence, opposition, contrastes et fusions, ne plus savoir qui l’on est et balancer de l’ange au démon, s’égarer, perdre pied, jouer à pile ou face, à la roulette russe… !

Il y a du rythme, de l’action, des poursuites dans ce film de[** David Vandervoort*]. L’inspecteur de police qui course le voleur, le rattrape, le rosse, lui subtilise le contenu de son porte-feuille, et le laisse croupir dans un caniveau.

Mais voila ici c’est un film qui se termine bien, comme dans un conte de fée ! Une romance entre ce jeune drogué et voleur ( qui de l’oeuf et de la poule ) et la jeune-fille qu’il avait lui-même dépouillée …!

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 07/09/2019

Faites-vous plaisir, retrouvez TOUS les films d’animation (Cliquer ) présentés dans Wukali ( plus de 300 !)

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus