La momie ou non de Mao
Accueil Actualités Mao Tsé Tung- La momie de Zhongnanhai

Mao Tsé Tung- La momie de Zhongnanhai

par Jacques Trauman

Dans la série: Le XXème siècle un siècle de fer et de sang
Saison 3 Mao Zedong
Premier épisode 1
La momie de Zhongnanhai 中南海 (*)

« Président, vous m’avez fait appeler ?»
«Mao s’efforça d’ouvrir les yeux et de remuer les lèvres. Le masque à oxygène avait glissé de son visage et il étouffait. Je me penchais. «Ah…ah…ah…» fut tout ce que je pus entendre. Son esprit était lucide, mais la parole lui faisait défaut» (**).

Le médecin se met à table

Li Zhisui, neurochirurgien, fut le médecin personnel et le confident de Mao Tsé Tung de 1954 à 1976. Réfugié aux Etats-Unis, il écrivit ses Mémoires publiées en 1994 (**, un pavé de 682 pages qui fut d’ailleurs interdit en Chine); mais un an plus tard, alors qu’il venait d’annoncer la publication d’un deuxième tome, il fut retrouvé mort dans sa salle de bain. 

Comme toujours lorsqu’il s’agit de Mao 毛泽东 , il y eut les pros et les anti Li Zhisui. L’infirmière et la secrétaire personnelle de Mao écrivirent un livre pour réfuter les affirmations de Li; des sinologues le ridiculisèrent et le traitèrent d’imposteur. Mais d’autres le défendirent, tel Alain Roux qui écrivit que Li Zhisui et Simon Leys (nous parlerons de lui plus tard), ont «permis de sortir la biographie de Mao du genre hagiographique et de faire de Mao un sujet d’histoire». Pour Alain Roux, l’intérêt du livre consiste en le description de «l’ambiance de terreur sacrée qui régnait autour de Mao dès son arrivée à Zhongnanhai…de sa duplicité et de sa cruauté rancunière…ainsi que de sa frénésie sexuelle».

Chacun se fera son opinion. 

L’empereur est mort

9 septembre 1976

Depuis que Mao avait subi un infarctus du Myocarde le 26 juin 1976, 24 infirmières et une dizaine de médecins étaient à son chevet 24 heures sur 24. Naturellement les Chinois n’avaient pas été informés de la maladie du Chairman, pas plus que les dignitaires étrangers d’ailleurs. Mais ce n’était maintenant plus qu’une question d’heures, et les deux Vice-Chairmen du Politburo, le modéré Hua Guofeng et le radical Wang Hongwen se tenaient près de Mao, attendant la fin. 

Hua se tourna vers Wang Dongxing, directeur du bureau central en charge des affaires du Parti et lui dit: «demandez à la camarade Jiang Qing et aux membres du Politburo de venir immédiatement».

Une infirmière se précipita dans la pièce: «Docteur Li, le Chairman veut vous voir».

Li se précipita à son chevet; il prit la main de Mao et lui dit: «Tout va bien, Chairman, je vais pouvoir vous aider».

Mao sembla rassuré, mais bientôt sa main glissa de celle du docteur Li, et ses yeux se fermèrent. L’électrocardiogramme était devenu complètement plat. A 0h10 le 9 septembre 1976, le Chairman Mao venait de mourir.

La dépouille de Mao, ses proches lui rendant hommage.
Jian Qing (en noir) tenant la main de Hua Guofeng (en bleu au centre)

Disons-le clairement: le docteur Li 李志绥, ne pleura pas Mao. Certes, pendant 22 ans il l’avait accompagné partout où il allait, il avait été son confident, mais si, au début de leur relation, son admiration pour le Grand Timonier 伟大的舵手 était totale, le docteur Li, après toutes ces années, était bien désillusionné. Maintenant que  Mao était mort, là, devant lui, le docteur Li, comme tout le monde présent dans la pièce, ruminait son futur destin : une impitoyable lutte pour le pouvoir serait engagée. Le docteur Li savait très bien qu’à la mort de Staline, on accusa ses médecins d’avoir conspiré pour l’assassiner; le docteur Li s’attendait donc à être arrêté.

L’Impératrice rouge se déchaîne

Jian Qing  江青 était une ancienne actrice, devenue la quatrième femme de Mao à qui elle était mariée depuis 1938; c était une dangereuse intrigante qui avait joué un rôle primordial lors de la Révolution culturelle et elle était membre du Politburo 政治局. Son poids politique était par conséquent considérable. Mao mort, elle s’imaginait lui succéder, mais elle fut arrêtée quelques mois plus tard, avec ses complices, surnommés la «Bande des Quatre» 四人帮 (***). 

Jian Qing  江青  lors de son procès
( janvier 1981)

Jian Qing entra dans la pièce où Mao reposait, se précipitant comme une tornade, hurlant: «Quelqu’un va t-il me dire ce qui se passe». Puis, se tournant vers Li, elle ajouta «Qu’est-ce que vous avez fait? Vous serez tenus pour responsables». Jian Qing n’aimait pas le docteur Li, qu’elle accusait depuis longtemps d’être un espion.

Hua Guofeng, marchant lentement vers elle, lui dit: «Nous avons été là tout le temps. Les camarades de l’équipe médicale -tous les camarades- ont fait de leur mieux».

Alors, soudain, Jian Qing se détendit: «D’accord, dit-elle, ce fut pour vous tous un moment très difficile. Merci beaucoup». Le docteur Li suppose que «peut-être Jian Qing venait-t-elle de conclure que Mao mort, le plus grand obstacle à son ambition suprême avait disparu et qu’elle assumerait bientôt le leadership de la Chine».

Tous les membres du Politburo étant arrivés, la réunion put commencer dans une salle voisine.

Quelques instants plus tard, Wang Dongxing, sortant de la pièce où  le Politburo délibérait, attrapa le docteur Li par le bras pour lui faire part d’une communication importante.

Frankenstein junior

Ce qui va suivre est une telle farce hilarante que Mel brooks aurait pu en tirer un film, pour la plus grande joie des grands et des petits.

Wang informa Li que le Politburo venait de décider que le corps de Mao devrait être préservé en l’état durant deux semaines afin que le peuple chinois puisse venir s’incliner devant la dépouille du Grand Timonier.

Alors que le docteur Li se préparait à sortir pour prendre les dispositions nécessaires, un capitaine de la garnison de Zhang Yaoci le stoppa net : «Docteur Li, préparez-vous. Le Politburo se réunit en ce moment même, et je suspecte que les nouvelles ne seront pas bonnes pour vous». Le docteur Li s’attendait en effet à ce qu’on l’accuse du meurtre de Mao. «Un cochon mort n’a pas peur de l’eau bouillante» 死猪不怕开水烫, aimait à dire Mao»; le docteur Li, comme il le dit lui-même, se sentait comme un cochon mort !

Après avoir téléphoné au Ministère de la Santé Publique, Li se rendit à l’Académie des Sciences Médicales. Deux experts dans la préservation des corps l’y attendaient et lui confirmèrent que le corps pourrait être préservé sans problèmes pendant deux semaines. Ouf ! Il était quatre heure du matin.

De retour dans l’immeuble 202, où reposait le corps de Mao, le docteur Li apprit qu’un communiqué venait d’être publié par le Politbureau, confirmant que «le Chairman avait reçu d’excellent traitements médicaux pendant sa maladie». Re-ouf !! Le docteur Li était hors d’affaire et ne serait pas fusillé cette fois-ci.

Wang Dongxing s’approcha alors du docteur Li et lui dit: «Le politbureau vient juste de prendre une décision. Le corps du Chairman devra être préservé d’une manière permanente. Il va falloir que vous trouviez comment faire». 

Li fut consterné. 
– «Mais c’est impossible !! Même le fer et l’acier se corrodent, sans parler du corps humain». 
– «C’est pourquoi il va falloir que vous trouviez des gens pour vous aider. L’Autorité Centrale s’assurera que vous avez tout ce dont vous avez besoin».

Il allait falloir trouver une solution.

Le docteur Li retourna dans la pièce où reposait le corps; il y faisait trop chaud, mais le système de ventilation de l’immeuble 202 ne permettait pas de contrôler la température pièce par pièce; le Poltiburo siégeait tout à côté et Jian Qing était très stricte en matière de température ambiante. Impossible de baisse la température. Heureusement, la session prit fin peu après.

Un groupe de spécialistes de l’Académie des Sciences Médicales et du Département de pathologie de l’hôpital de Pékin  était maintenant réuni autour du docteur Li; personne ne savait comment faire. Il fut décidé d’injecter 22 litres de formaldéhyne dans le corps de Mao. 

Le résultat fut choquant. Le visage de Mao enfla, son cou devint aussi large que sa tête, ses oreilles enflèrent également, sa peau devint luisante, bref le corps devint grotesque. «Vous croyez vraiment que l’Autorité Centrale va approuver ce que vous venez de faire ?», demanda Zhang Yufeng. Pas de doute, il fallait restaurer le visage du Chairman selon son apparence précédente.

Il fut décidé de masser le visage du Chairman pour repousser le liquide hors de la tête et vers le reste du corps. Un morceau de peau du Chairman fut arraché dans le processus, à l’effroi de tous.

Le processus dura jusqu’à 3 heures de l’après-midi, et finalement, après beaucoup d’efforts désespérés, le visage du Chairman revint presque à la normale. Les apprentis sorciers voulurent alors passer un costume au corps de Mao, mais le buste était si enflé qu’on ne put boutonner la veste. Il fallut entailler l’arrière de la veste et du pantalon de Mao pour accommoder ses nouvelles dimensions. On entoura alors le corps de Mao dans un drapeau de la Chine communiste et vers minuit, le travail fut terminé et à peu prés présentable. Mao était alors mort depuis 24 heures.

Plusieurs membres du Politbureau se firent prendre en photo devant le cercueil, puis on chargea le corps dans une ambulance en direction du Palais de l’Assemblée du Peuple  人民大会堂, où il fut exposé pendant une semaine.

Le docteur Li réuni alors un groupe de 20 spécialistes en anatomie, pathologie, et chimie médicale  pour déterminer la suite du processus. Le groupe se pencha sur les méthodes antiques de préservation des corps en Chine, étudiant les travaux archéologiques disponibles, mais conclut rapidement que les anciennes méthodes ne seraient d’aucun secours.

Evidemment, le corps de Lénine avait été embaumé, mais les relations de la Chine avec l’Union Soviétique étaient exécrables, et il était hors de question de les consulter. Il fut décidé d’envoyer des émissaires à Hanoi pour demander comment le corps d’Ho Chi Minh avait été préservé. Mais les émissaires ne purent voir le corps, dont on leur dit d’ailleurs que le nez avait été sérieusement endommagé et la barbe tombée.

Quelqu’un eut alors l’idée d’envoyer une mission en Grande-Bretagne, pour voir comment Madame Tussaud fabriquait ses figures de cire. La mission conclut qu’en matière de figure de cire, la Chine était très en avance sur Madame Tussaud, et que, donc, il n’y avait rien à apprendre des anglais en ce domaine.

Il faudrait se débrouiller seul. 

Epilogue

17 septembre 1976.

Vers minuit, après une semaine de deuil, un mini-bus avait transporté le corps de Mao, en pleine nuit, du Palais de l’Assemblée du Peuple, où il avait été exposé, vers un hôpital spécial situé sous l’Hôpital 305

Là, le travail d’embaumement fut achevé. L’équipe du docteur Li enleva les viscères du corps de Mao qui furent préservées dans des jarres. De la formadéhyne fut alors injectée pour remplir la cavité résultant du retrait des viscères, et le cercueil fut rempli d’hélium.

Quelques jours plus tard, une copie en cire du corps de Mao arriva secrètement à l’hôpital. La copie, fabriquée par l’Institut des Arts et de l’Artisanat, était criante de ressemblance, on ne pouvait distinguer le vrai corps de sa copie de cire. De la belle ouvrage !

Le corps et sa copie restèrent là pendant un an, le temps que le Mausolée de Mao soit construit sur la place Tienanmen 天安门广场. Personne ou presque ne connaissait l’existence de la copie de cire, pas même les soldats qui gardaient l’entrée. 

Le corps et sa copie furent enfin placées dans le Mausolée où un ascenseur permet de remonter et de descendre le corps, afin que des millions de Chinois et des touristes étrangers puissent venir l’admirer. Mais savent-ils s’ils admirent le corps ou sa copie de cire ?

Notes
(*)   Zhongnanhai, qui signifie «Mer centrale du sud», est un parc situé à côté de la Cité interdire, et est le siège du gouvernement de la République Populaire de Chine.
(**) «The private life of Chairman Mao», Li Zhisui, Random House, 1994
En version française: «La vie privée du Président Mao», Li Zhisui, Plon, 1994
(***) Le conseiller chinois de Paribas à Pékin dans les années 1990 était l’ancien interprète de Jian Qing. Il était bien sûr utilisé pour ses contacts à haut niveau, c’était son fond de commerce. Son français était d’ailleurs impeccable. Il me raconta qu’un haut dirigeant chinois lui avait dit un jour en plaisantant qu’il était le seul «de la Bande des quatre à avoir survécu». Il ne faisait pas partie, évidemment, de la bande des quatre, mais il les ayant suivi à la trace pendant tant d’années, il aurait pu être inquiété…

Ne manquez pas la suite de cette série: 

Prochain épisode Mao Zedong毛泽东,
Mao et Staline
mise en ligne à partir du vendredi 19 mars

Le XXème siècle, un siècle de fer et de sang
par Jacques Trauman
Une série de 15 articles/ Staline, Hitler et Mao

Calendrier de publication
Saison 1
Staline
1/1 Une sympathique petite équipe
mise en ligne à partir du vendredi 6 novembre 2020
1/2 Un dîner qui finit mal
mise en ligne à partir du vendredi 13 novembre
1/3 Le tribunal des flagrants délires
mise en ligne à partir du vendredi 20 novembre
1/4 Une improbable rencontre
mise en ligne à partir du vendredi 27 novembre
1/5 Un mélomane passionné
mise en ligne à partir du vendredi 4 décembre

Du fait d’une attaque informatique qui a considérablement endommagé et paralysé notre magazine pendant près dun mois et mis à mal un certain nombre darticles, les mises en ligne initialement prévues pour cette série darticles de Jacques Traumann ont du être décaléesNous vous prions de bien vouloir nous excuser.

Voici la nouvelle programmation :
Saison 2
Hitler
2/1 Dans la tannière du diable
mise en ligne vendredi 5 février 2021
2/2 Le style c’est l’homme
mise en ligne à partir du vendredi 12 février 2021
2/3 Hitler chef de guerre
mise en ligne à partir du vendredi 19 février
2/4 Le commencement de la fin
mise en ligne à partir du vendredi 26 février
2/5Vingt-quatre heures avant l’apocalypse
mise en ligne à partir du vendredi 5 mars

Saison 3
Mao Zedong毛泽东
3/1 La momie de  Zhongnanhai
mise en ligne à partir du vendredi 12 mars
3/2 Mao et Staline
mise en ligne à partir du vendredi 19 mars
3/3 Dans la tannière de la louve
mise en ligne à partir du vendredi 26 mars
3/4 Guerre et Paix
mise en ligne à partir du vendredi 2 avril
3/5 Nous sommes informés de tout, nous ne savons rien
mise en ligne à partir du vendredi 9 avril

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus