étrusques
Accueil Livres, Arts, ScènesExpositions & Histoire de l'art L’ADN pour percer le mystère des Étrusques

L’ADN pour percer le mystère des Étrusques

par Revue de presse

L’utilisation de l’analyse génétique n’en finit pas de renseigner l’histoire. Ainsi l’origine des Étrusques a pendant longtemps été source de mystères et d’interrogations. Soit un peuple installé dans la botte italienne principalement sur la côte Tyrrhénienne, et dont le nom ultérieurement servira dé sole étymologique au mot toscan.

L’oeil étrusque en forme d’amande caractéristique, tel on le découvre peint sur des fresques ou les sculptures de personnages hommes ou femmes, semi-allongés ornant les sarcophages, a longtemps fasciné laissant supposer des origines asiatiques.

Un article récemment paru dans la revue Science Advances présente une nouvelle analyse génétique qui peut-être permettra de mieux connaitre l’origine de ce peuple qui développa sa propre civilisation plusieurs siècles avant la fondation de Rome. La civilisation étrusque s’est répartie sur une grande partie de l’Italie centrale pendant l’âge du fer, y compris les régions modernes de la Toscane, du Latium et de l’Ombrie, avec des expansions locales dans les régions italiennes voisines tout au long de son existence.

Cette culture est réputée pour ses compétences exceptionnelles en métallurgie, ses représentations culturelles sophistiquées et sa langue éteinte, une langue non indo-européenne pas encore entièrement comprise. Compte tenu des particularités distinguant cette culture de ses voisines contemporaines, les origines géographiques des populations associées à la civilisation étrusque ont longtemps fait l’objet d’intenses débats dès l’Antiquité avec deux principales hypothèses concurrentes.

Pierre-Alain Lévy


Hypothèses d’origines

La première hypothèse suggère une origine anatolienne/égéenne comme l’indiquent les anciens écrivains grecs Hérodote et Hellanicus de Lesbos  (Ἑλλάνικος). Cette hypothèse est étayée par la présence d’éléments culturels grecs antiques en Étrurie pendant la période dite orientalisante, entre le VIIIe et le VIe siècle avant notre ère.

La seconde prône un développement autochtone tel que décrit au Ier siècle avant notre ère par l’historien Dionysos d’Halicarnasse (Διονύσιος) (3, 4). Selon cette hypothèse, la population étrusque est originaire localement de personnes associées à la culture de la fin de l’âge du bronze (Proto-)Villanovan vers 900 ans avant notre ère. Alors que le consensus actuel parmi les archéologues favorise cette dernière hypothèse (1, 5, 6), la persistance d’un probable isolat de langue non indo-européenne entouré de groupes italiques indo-européens (comme les Latins) est une question intrigante et encore phénomène inexpliqué qui nécessite d’autres investigations archéologiques, historiques, linguistiques et génétiques.

La chimère d’Arrezo. 14ème siècle av.J-C. Bronze, fonte à la cire perdue,78,5 × 129 cm
Art étrusque, Musée archéologique national de Florence

Cette étude met en lumière différents aspects principaux de l’histoire de la population italienne. À cet égard, les individus associés à la culture étrusque portaient une forte proportion d’ascendance liée à la steppe, malgré le fait de parler une langue non indo-européenne.

Il apparait ainsi que les Étrusques étaient enracinés dans la région, avec une génétique presque identique à celle de leurs voisins latins.

Cette découverte contredit les théories antérieures selon lesquelles les Étrusques – qui pendant des siècles parlaient une langue non indo-européenne maintenant éteinte et remarquablement différente des autres dans la région – venaient d’un endroit différent de leurs voisins latins.

Olécio partenaire de Wukali

Au lieu de cela, les deux groupes semblent être des migrants de la steppe pontique-caspienne – une longue et mince bande de terre s’étendant du nord de la mer Noire autour de l’Ukraine au nord de la mer Caspienne en Russie. Après être arrivés en Italie à l’âge du bronze, les premiers locuteurs de l’étrusque se sont enracinés, assimilant les locuteurs d’autres langues à leur propre culture alors qu’ils s’épanouissaient dans une grande civilisation.

Si la langue étrusque était en effet une langue relique antérieure aux expansions de l’âge du bronze, elle représenterait alors l’un des rares exemples de continuité linguistique malgré une grande discontinuité génétique

En premier lieu, l’ascendance liée à la steppe chez les Étrusques peut avoir été transmise par des locuteurs de l’italique de l’âge du bronze, peut-être par le biais d’un processus de mélange prolongé entraînant un changement linguistique partiel.
Deuxièmement, après le mélange de l’âge du bronze, le pool génétique lié aux Étrusques est resté généralement homogène pendant près de 800 ans, malgré la présence sporadique d’individus d’origine probablement proche-orientale, nord-africaine et centrale européenne.
Troisièmement, les ancêtres de la Méditerranée orientale ont remplacé une grande partie du profil génétique étrusque au cours de la période impériale romaine.
Quatrièmement, un apport génétique substantiel d’ascendance nord-européenne a été introduit au début du Moyen Âge, peut-être par le biais de la propagation de tribus germaniques dans la péninsule italienne.
Cinquièmement, la constitution génétique des populations actuelles du centre et du sud de l’Italie était en grande partie en place à la fin du premier millénaire de notre ère.

Couple de danseurs étrusques. Fresques de la nécropole des Monterozzi, à Tarquinia.
Caveau des Lionnes, ~530.

Après avoir comparé l’ADN de 82 individus cibles avec celui d’autres peuples anciens et modernes, les scientifiques ont découvert que malgré les fortes différences de coutumes et de langue, les Étrusques et leurs voisins latins partageaient un profil génétique. En fait, l’ascendance des deux groupes indique des personnes arrivées dans la région de la steppe pontique-caspienne à l’âge du bronze. Après que ces premiers Étrusques se soient installés dans le nord et l’est de l’Italie, leur patrimoine génétique est resté relativement stable – à la fois à l’âge du fer et à l’absorption de la civilisation étrusque dans la République romaine. Puis, après la montée de l’Empire romain, il y a eu un grand afflux de nouveaux gènes, probablement à la suite des migrations massives que l’empire a provoquées.

« Ce changement génétique décrit clairement le rôle de l’Empire romain dans le déplacement à grande échelle de personnes à une époque de mobilité socio-économique et géographique ascendante ou descendante », a ainsi déclaré Johannes Krause, directeur de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive en Allemagne, dans un communiqué.

Maintenant que l’ancien débat sur l’origine des Étrusques est en passe d’être enfin réglé, les scientifiques prévoient de mener une étude génétique plus large en utilisant l’ADN ancien d’autres régions de l’Empire romain. Cela les aidera non seulement à cerner plus de détails sur les origines des Étrusques et leur langue étrange, maintenant éteinte, mais à découvrir les mouvements de peuples qui ont transformé leurs descendants en citoyens génétiquement divers d’une superpuissance mondiale.

Méthodologie d’expérience

Nous avons extrait l'ADN de la portion pétreuse ( le rocher ou en d'autres termes la partie interne de l'os temporal) des échantillons d'os temporal et de dents de 86 individus, créé des bibliothèques d'ADN double brin et utilisé une technique liée au séquençage du génome ou une approche de capture en solution pour récupérer l'intégralité du génome mitochondrial et jusqu'à environ 1,24 million de nucléotides simples. polymorphismes (SNP) à travers le génome humain de chaque individu. 

Suivant les critères d'authentification, nous avons restreint toutes les analyses en aval aux spécimens présentant une faible contamination nucléaire et ADNmt, des modèles typiques de dommages à l'ADNa et un nombre de SNP supérieur à 31 000. Ces contrôles de qualité ont abouti à un ensemble d'échantillons final de 82 individus qui ont été regroupés sur la base de leurs dates radiocarbone et affinités génétiques en trois intervalles de temps : 48 individus de 800 à 1 avant notre ère (âge du fer et République romaine), 6 individus de 1 à 500 CE (période impériale), et 28 individus de 500 à 1000 CE (12 du centre de l'Italie et 16 du sud de l'Italie). Alors que nous aurions préféré refléter les chronologies historiques conventionnelles (étrusque à ~ 300 avant notre ère et républicaine à 27 avant notre ère), ni les grands intervalles de datation au radiocarbone ni les résultats génétiques ne justifient une division de l'ensemble de données de cette manière.

Échantillonnage archéologique

Le matériel archéologique analysé dans ce projet provient de différentes campagnes de collecte. Tous les spécimens ont été échantillonnés avec l’approbation des institutions appropriées pour le traitement des échantillons archéologiques et/ou en collaboration avec des scientifiques et des conservateurs locaux répertoriés parmi les auteurs de cette étude.

L’ensemble d’échantillons de Chiusi (Sienne) provient du Musée d’anthropologie et d’ethnologie de l’Université de Florence, organisé par le coauteur M.Z. L’ensemble d’échantillons de Tarquinia (Viterbo) provient de l’Institut d’anatomie de l’Université de Leipzig, organisé par le coauteur HF. L’ensemble d’échantillons de Venosa (Potenza) provient du Musée des civilisations de Rome, ministère italien du patrimoine culturel (Mi-BACT) , organisée au moment de l’échantillonnage par le coauteur LB et plus tard par le coauteur A.S. L’ensemble d’échantillons de Casenovole (Grosseto) provient de Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana . L’ensemble d’échantillons de Poggio Renzo (Sienne) provient de Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana . L’ensemble d’échantillons de Campiglia dei Foci (Sienne), Magliano in Toscana (Grosseto), Marsiliana d’Albegna (Le Pianacce, Grosseto) et Volterra (Pise) provient de la Surintendance d’archéologie, des beaux-arts et du paysage de Florence, Pistoia , et Prato, organisée au moment de l’échantillonnage par le coauteur EP et plus tard par le coauteur A.R. L’échantillon de Marsiliana d’Albegna (Poggio di Macchiabuia, Grosseto) provient du Département d’histoire et du patrimoine culturel de l’Université de Sienne, organisé par le coauteur A.Z. L’échantillon de la grotte de Chiostraccio provient de la collection de préhistoire et d’anthropologie de l’Université de Sienne, organisée par le coauteur S.R. L’ensemble d’échantillons de Vetulonia (Grosseto) et de Poggio Pelliccia (Grosseto) provient du Département d’histoire, d’archéologie, de géographie, d’art et de divertissement de l’Université de Florence, organisé par L.C. L’autorisation pour l’identification et l’acquisition de données de matériel préhistorique dans les provinces de Sienne et Grosseto est accordée au Département des sciences physiques, de la Terre et de l’environnement par Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana

Les chercheurs ont publié leurs résultats le 24 septembre dans la revue Science Advances.

Illustration de l’entête: Sarcophage des époux. Vième av J-C; National Etruscan MuseumVilla Giulia, Rome.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus