espace extraterrestre recherche
Accueil Sciences Des scientifiques veulent entrer en contact avec des extraterrestres

Des scientifiques veulent entrer en contact avec des extraterrestres

par Revue de presse

Dans la presse scientifique internationale que nous avons survolée ces quelques jours pour notre revue de presse, cet article paru dans Live Science, ce mercredi 6 avril, nous a tout particulièrement intéressé. Il conviendrait d’ailleurs mieux de dire qu’il nous a éblouis, enthousiasmés et fait rêver. Et il ne s’agit pas le moins du monde d’un poisson d’avril ! Communiquer avec des signes de vie dans l’espace à des distances qui se calculent en années-lumière, bref en un mot plus simple pour faire chavirer nos limites conceptuelles, prendre contact avec des extra-terrestres, tout le monde comprend !

La recherche fondamentale est en action, et le rapport temps-distance nécessaire pour l’aboutissement et la réception d’éventuels messages retour ( en mesure astronomique) dissocie l’action humaine du temps sidéral et de l’espace, ce qui rend cette recherche encore plus fascinante, merci Einstein !

Cette distance d’infini, cet évasement abyssal c’est aussi celle aujourd’hui qui traverse les corps sociaux de nos sociétés. Cette accélération phénoménale de la connaissance et du savoir qui distancie les liens, bouleverse nos certitudes, et nous interpelle au quotidien. Trouvons les moyens d’une bonne propédeutique grâce à la diffusion d’un enseignement et un marketing bien tempéré du savoir. Ce n’est pas chose facile, c’est un défi que nous devons relever.

En d’autres termes, la science comme métaphysique de l’humanité, mais nous entrons là dans un tout autre champ de réflexion, celui peut-être imaginé de Lilliput, nos egos humains et nos boursouflures dussent-ils en souffrir.

Nous avons traduit pour vous cet article, alors tous à vos scaphandres, vos capsules spatiales et en route pour les étoiles !

Encore un mot, vous appréciez WUKALI, alors faites nous connaître auprès de vos amis, nous vous en saurons gré.
Souhaiteriez-vous nous proposer des articles, n’hésitez pas alors à nous contacter !
Pierre-Alain Lévy
Rédacteur en chef
Directeur de publication

Des chercheurs se posent des questions, comment communiquer avec les extraterrestres et quel message leur délivrer sur nous-même

Des scientifiques ont rédigé et mis au point un nouveau message à destination d’ extraterrestres intelligents qui pourraient exister. Et ils veulent savoir s’ils doivent l’envoyer. 

La technologie nécessaire pour envoyer le message n’est pas encore prête. Et si ,et quand la note sera transmise, il faudra des milliers d’années pour qu’elle atteigne sa destination. En d’autres termes, personne ne s’attend à recevoir un message de retour de la part d’ET (extraterrestre) de sitôt. Mais les chercheurs à l’origine du mémo extraterrestre espèrent que leurs idées ouvriront un dialogue sur la façon de contacter les extraterrestres et sur ce qu’il faut dire – et sur la façon d’immortaliser l’humanité en tant qu’espèce. 

exploration spatiale extraterrestres
Affiche d ‘ET, film de Steven Spielberg
Photo Universal Pictures

« Nous voulons envoyer un message dans une bouteille dans l’océan cosmique, pour dire : « Hé, nous sommes là », a déclaré à Live Science Jonathan Jiang, astrophysicien au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA en Californie, « même si nous ne sommes plus là quelques années plus tard. »

Tendre la main à ET

Le message conçu par Jiang et son équipe s’appuie sur les précédents messages que l’humanité a envoyés dans l’espace. En fait, les chercheurs ont programmé la création du nouveau message pour le 50e anniversaire du message d’Arecibo, la première tentative de contact à haute puissance avec les ET. 

Olécio partenaire de Wukali

Ce message de 1974 utilisait un code binaire et transmettait des informations sur le système de comptage en base 10 de l’humanité, les éléments importants communs et une carte du système solaire. Le nouveau message, décrit dans un article publié dans la base de données arXiv, code également des informations en binaire et décrit les mathématiques, la physique et la biologie de base dont les extraterrestres auraient besoin pour comprendre les humains, y compris des descriptions de l’ADN, des acides aminés et du glucose. Il contiendrait également une carte de la Voie lactée, du système solaire et de la Terre elle-même, y compris des informations sur la composition de la planète et son atmosphère. 

exploration spatiale extraterrestres
Musée du JET Propulsion Laboratory. NASA

Le message est plus avancé que ses prédécesseurs sur plusieurs points essentiels. Tout d’abord, sa carte de la position de la Terre dans la Voie lactée est plus précise que celle du message d’Arecibo. Dans ce message, les scientifiques avaient essayé d’utiliser la position d’étoiles en rotation appelées pulsars comme repères pour localiser la Terre. Mais les positions des pulsars ne sont pas assez constantes sur de longues périodes, et ces étoiles ne sont pas facilement différenciables les unes des autres dans l’immensité de la galaxie. Jiang et son équipe ont préféré utiliser les amas d’étoiles globulaires de la Voie lactée comme points de repère sur la carte qu’ils proposent. Ces amas sphériques d’étoiles sont brillants et facilement visibles, et ils présentent suffisamment de caractéristiques distinctives pour servir de repères utiles. 

Les chercheurs ont également inclus un horodatage, une première en son genre, afin que tout extraterrestre interceptant le message sache quand il a été envoyé. Mais comment transmettre le temps à une civilisation étrangère inconnue qui pourrait avoir des méthodes de mesure très différentes de celles des Terriens ? 

Selon le co-concepteur du message, Qitian Jin, de l’université des sciences appliquées de Hanze, aux Pays-Bas, la réponse se trouve dans l’atome d’hydrogène. L’hydrogène neutre que l’on trouve dans le gaz interstellaire peut passer dans un état de haute énergie après des collisions avec d’autres atomes ou électrons. Après environ 10 millions d’années, l’un de ces hydrogènes à haute énergie repasse à un état de plus basse énergie, un événement appelé transition de retournement de spin. Cette transition fournit une unité de temps universelle pratique pour indiquer combien de temps après le Big Bang le message a été envoyé. 

« Je considère que c’est assez important, car si vous le voyez comme une capsule temporelle, lorsque quelqu’un le reçoit, il sait quand il a été envoyé« , a déclaré Jin à Live Science. « Ainsi, ils peuvent connaître notre histoire. Ils peuvent construire sur cette base. » 

Il pourrait être possible d’envoyer plusieurs messages avec des horodatages et des informations mis à jour, a ajouté Jin, afin qu’une civilisation extraterrestre théorique puisse en apprendre davantage sur la Terre au fil du temps.

Envoi et réception

La recherche d’intelligence extraterrestre (SETI) peut être divisée en deux méthodes : passive et active. Dans le cas du SETI passif, les scientifiques utilisent d’énormes télescopes pour écouter ou chercher des indices de l’existence d’une vie intelligente. Ces indices peuvent être des ondes radio, envoyées par inadvertance ou délibérément par une civilisation étrangère. 

exploration spatiale extraterrestre
Téléscope Allen vu de nuit

Le SETI actif implique l’envoi de signaux. Ces efforts sont beaucoup moins courants, et la plupart ont été jusqu’à présent largement symboliques. En 1972 et 1973, les vaisseaux spatiaux Pioneer ont été lancés avec une paire de plaques représentant le dessin d’un homme et d’une femme et des symboles censés indiquer l’origine du vaisseau. Ces plaques étaient le premier message de l’humanité destiné à voyager en dehors du système solaire, mais les chances de les retrouver dans l’immensité de l’espace sont minuscules.

En 1977, la NASA a lancé un effort similaire à bord du vaisseau spatial Voyager, le Golden Record. Ce disque contient de la musique, des sons d’animaux et des salutations orales en 55 langues. Il a été conçu par un comité dirigé par le célèbre astronome Carl Sagan et a inspiré l’équipe actuelle de chercheurs, a déclaré Kristen Fahy, ingénieur en systèmes scientifiques au JPL et co-conceptrice du nouveau message.

« C’est un honneur de donner suite à ce message« , a déclaré Mme Fahy à Live Science. Le nouveau message comprend un dessin au trait d’un homme et d’une femme similaire à celui des plaques Pioneer, mais avec une tournure plus égalitaire : Alors que dans les versions des années 1970, seul l’homme levait la main en guise de salutation, l’homme et la femme font tous deux signe de la main dans l’illustration moderne. 

Le message d’Arecibo, contrairement à Pioneer et Voyager, était un effort terrestre. Il a été envoyé vers l’amas d’étoiles globulaires M13 en 1974 depuis le radiotélescope d’Arecibo à Porto Rico, essentiellement à titre symbolique. Ce message est toujours en route vers sa destination prévue ; étant donné que M13 se trouve à 25 000 années-lumière, il n’a parcouru qu’environ 0,2 % de la distance qu’il doit parcourir, ont écrit Jiang et ses collègues dans leur article. 

Le nouveau message proposé serait envoyé vers un anneau d’étoiles situé à environ 13 000 années-lumière du centre de la Voie lactée, a expliqué Jiang à Live Science. On pense que cette région contient un certain nombre de planètes dans les zones habitables de leurs étoiles, a-t-il ajouté

« S’il y a des extraterrestres, c’est là qu’ils sont le plus susceptibles de se trouver« , a-t-il formulé. 

exploration spatiale extraterrestres
Voie lactée
Photo Amriphoto

Le télescope d’Arecibo n’existe plus ; il s’est effondré en 2020 et a ensuite été démoli. Les télescopes les plus susceptibles de transmettre le message sont le radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d’ouverture à Guizhou 贵州, en Chine, également connu sous le nom de télescope Tianyan, et le réseau de télescopes Allen dans le nord de la Californie, qui a été conçu pour rechercher des signaux extraterrestres. Aucun des deux télescopes ne peut transmettre de messages pour l’instant – ils ne peuvent que les recevoir – mais des capacités de transmission pourraient être ajoutées dans de futures mises à jour, a précisé M. Jiang. 

Les chercheurs espèrent susciter une conversation sur les informations à envoyer aux extraterrestres et relancer l’intérêt pour l’écoute des messages. Les humains diffusent déjà des signaux radio, télévisés et radar dans l’espace – une bulle de communication qui s’étend probablement sur environ 200 années-lumière, selon la Planetary Society. Ce n’est pas très loin, mais la bulle va continuer à grandir, et l’impression que l’humanité donne n’est peut-être pas la meilleure, a déclaré Stuart Taylor, astrophysicien à l‘Institut SETI, qui a participé à l’élaboration du nouveau message. 

« Il serait probablement préférable, puisqu’ils vont nous écouter de toute façon, d’envoyer un message positif« , a déclaré Taylor à Live Science. L’espoir, dit-il, est qu’une civilisation extraterrestre suffisamment avancée pour atteindre les étoiles serait très coopérative – les « bonobos de la galaxie » – et aurait de bons conseils à donner aux Terriens sur la façon de concilier nos différences, a-t-il ajouté, en faisant référence au primate relativement pacifique parent des chimpanzés. 

Nous sommes en quelque sorte la civilisation de « combat » des chimpanzés« , a conclu Stuart Taylor. « Une autre civilisation peut simplement avoir une personnalité fondamentalement plus pacifique, comme les bonobos ». 

Article publié à l’origine surLive Science, sous la signature de Stephanie Pappas

Traduction, traitement des hypertextes et choix des images par WUKALI

Illustration de l’entête: télescope Tianyan. Photo China Daily CDIC

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus