bijoux en or chinois
Accueil Actualités La joaillerie chinoise ancienne au fil des dynasties

La joaillerie chinoise ancienne au fil des dynasties

par Pierre-Alain Lévy

Du 1er décembre 2022 au 14 avril 2023, L’École des Arts Joailliers présente une exposition qui illustre plus de trois mille ans de travail d’orfèvrerie en Chine, à travers une sélection de chefs-d’oeuvre issus de l’extraordinaire collection Mengdiexuan  梦蝶軒.

Un texte taoïste de la dynastie Han  漢朝 (206 avant notre ère- 220) témoigne de l’importance que l’or possédait déjà à cette époque : “L’or est la chose la plus précieuse dans le monde entier, car il est immortel et ne se décompose jamais. Les alchimistes le mangent et bénéficient de la longévité” (Wei Boyang 魏伯陽, alchimiste).

Pour les sinologues, rappelons que Wei Boyang est l’auteur du Cāntóngqì 參同契 ( La parenté des Trois). Selon toute probabilité il est considéré comme étant le premier à avoir documenté la composition chimique de la poudre à canon en 142 après J.-C.

Wei Boyang est considéré comme un personnage semi-légendaire qui représentait une « unité collective ». Le Cantong Qi 參同契 a probablement été rédigé par étapes à partir de la dynastie Han jusqu’à ce qu’il atteigne sa forme actuelle avant 450 après J.-C. Cet ouvrage a été écrit en formulations symboliques Il a fortement été documenté et notamment a fait l’objet d’une édition en chinois en 1999 par l’University Museum Art Gallery et l’ Université de Hong Kong. 金翠流芳 : 夢蝶軒藏中國古代飾物

Olécio partenaire de Wukali

L’alchimie, convient-il de le souligner en ces temps de confusion intellectuelle, trouve ses racines anciennes en Chine et se développera notamment à partir de la dynastie Han. Dans une étude fouillée réalisée par M. Daeyeol Kim, professeur des universités à l’INALCO, on peut lire ceci:

arts joailliers orfèvrerie Chine
Épingle à cheveux à décor de phénix.Or
Dynastie Song, 960-1279

« Il convient de saisir d’emblée les caractéristiques de l’alchimie chinoise car, ayant pour but commun d’obtenir l’immortalité ou de prolonger la durée de vie, elle peut se confondre avec certaines pratiques telles que la pharmacologie, les techniques hygiéniques ou magiques et les régimes alimentaires qui emploient des matières naturelles pour former des drogues. Ce qui singularise l’alchimie est surtout son esprit. La foi des alchimistes peut se résumer ainsi : il existe une Matière qui, à travers la transformation, atteint un état inaltérable et perdure « aussi longtemps que le ciel et la terre » ; à l’instar de la Nature ou encore mieux qu’elle, l’homme peut former cette Matière dans son officine en un temps raccourci ; en assimilant la Matière il peut se « raffiner » en un être éternel. L’alchimie se caractérise aussi par l’usage des métaux (or, argent, plomb, mercure, etc.) et des minéraux (cinabre, malachite, réalgar, etc.) comme ingrédients principaux et par l’importance des techniques du feu. Le métal semble en particulier avoir été remarqué par les premiers alchimistes pour son irréductibilité (et le sel minéral, pour sa transformation en métal ou en un autre sel minéral) : il ne se réduit pas à la chaleur, et même après un passage à l’état liquide ou une transformation par le moulage, il retrouve toujours sa nature métallique, ce qui évoque la vie éternelle à travers la transformation. Le métal revient au métal, tandis que la pierre se réduit en cendres, sauf lors de sa transformation en métal comme le cinabre qui, chauffé, se transmue en mercure. »

L’orainsi par ses capacités métallurgiques, sa ductilité et la splendeur éclatante de son rayonnement a su capter l’émotion des hommes sensibles à sa force de mystère. Ainsi, et depuis le Vème millénaire avant notre ère, l’or a toujours exercé un pouvoir de fascination et a été travaillé par des artisans virtuoses afin de créer des bijoux et ornements à forte valeur symbolique.

Après une première présentation à L’École des Arts Joailliers Asie-Pacifique à Hong Kong au printemps dernier, l’exposition arrive à Paris.

Riches d’une symbolique variée, décryptée dans l’exposition, les ornements présentés couvrent plus de 3 000 ans de l’histoire de la Chine. Tous sont issus de l’exceptionnelle collection privée Mengdiexuan, centrée sur l’art chinois, que L’École des Arts Joailliers de Paris a l’honneur de révéler pour la première fois au public en Europe.

arts joailliers orfèvrerie Chine

L’exposition est organisée autour de trois grands axes

Elle propose en introduction un point de vue scientifique et gemmologique, sur la matière et les propriétés de l’or : qu’est-ce que l’or ? où le trouve-t-on ? avec quel type d’or sont faits les bijoux ?

Grâce aux vitrines composées de pépites, cristaux et bijoux anciens, l’exposition explore ces différents aspects.

Le parcours s’intéresse ensuite aux savoir-faire, avec plusieurs techniques majeures : le martelage, la ciselure, la fonte, la granulation, le filigrane, l’incrustation et la dorure.

Les colliers, bracelets, boucles d’oreilles, épingles à cheveux, broches ou encore boucles de ceinture présentés nous emmènent pour un voyage dans l’empire chinois en passant par l’Asie Centrale, les Steppes Eurasiennes, la Mongolie et l’Himalaya. L’on est saisi au demeurant par les filiations civilisationnelles qui se croisèrent à travers le temps et l’espace de cette immense Eurasie où les peuples du lointain Extrême-orient et donc de la Chine de l’époque croisèrent les peuples nomades des steppes, notamment les Scythes.

arts joailliers orfèvrerie Chine
Ornement pour cheveux avec décor de dragon. Argent doré, gemmes
Dynastie Qing, 1644-1911

L’exposition couvre une période de plus de trois millénaires, de la dynastie Shang  長安 (environ 1500-1046 avant notre ère) à la dynastie Qing 大清國  (1644-1911) et présente des savoir-faire ancestraux qui nous passionnent toujours aujourd’hui.

Enfin, l’exposition met en lumière les symboles : l’art chinois présente une iconographie variée, symbolisant le bonheur, la longévité, le rang,la prospérité ou encore, plus généralement, le bon augure.

Les ornements de la collection Mengdiexuan nous offrent un aperçu de cette richesse symbolique. Au croisement de l’histoire de l’art, des savoir-faire et des matières, le sujet entre en résonance avec la mission de L’École des Arts Joailliers depuis sa création en 2012, grâce au soutien de Van Cleef & Arpels.

Par les cours proposés comme les conférences et les ateliers, les expositions, les publications, ou encore la recherche, elle s’attache à faire rayonner l’art du bijou dans toutes ses dimensions.

Commissariat de l’exposition : Valentina Bruccoleri, docteure en histoire de l’art chinois (Sorbonne Université)
Olivier Segura, gemmologue, directeur scientifique à L’École des Arts Joailliers

Exposition du 1er décembre 2022 au 14 avril 2023
Du mardi au samedi, de 12h à 19h
Nocturne jusqu’à 20h le jeudi
Entrée gratuite, sur réservation (Cliquer)

L École des Arts joailliers
31 rue Danielle Casanova. Paris 1er
Site: www.lecolevancleefarpels.com

Vous souhaiteriez réagir à cet article
Mieux encore vous désireriez nous proposer des sujets et des textes pour publication


N’hésitez pas !
Contactez nous: redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus