François-Xavier Roth orchestre Les Siècles
Accueil Musiques François-Xavier Roth et les musiciens des Siècles fêtent leurs 20 ans à Aix

François-Xavier Roth et les musiciens des Siècles fêtent leurs 20 ans à Aix

par Pétra Wauters

C’était à Aix ce 8 janvier au GTP, François-Xavier Rothet Les Sièclesfêtent leurs 20 ansUn florilège de musique française: Debussy, Roussel, Dukas et Ravel mais aussi deux bijoux rares et moins visités : Le ballet « Namouna » de Lalo à l’orchestration foisonnante, et « Scènes alsaciennes » de Massenet, musique nostalgique sublime qui nous parle de la guerre franco-prussienne. Un trésor de musique française, joué, comme toujours avec Les Siècles, sur instruments d’époque.

François-Xavier Roth orchestre Les Siècles
François-XavierRoth et les musiciens des Siècles
Photo Holger Talinski

Le Prélude à l’Après-midi d’un faune de Claude Debussy débute le concert. Une oeuvre inspirée d’un poème de Stéphane Mallarmé que l’on a souvent écoutée. Malgré tout, on est toujours surpris par cette musique d’autant plus que c’est une interprétation parfaite qui nous est livrée en ce début du programme. Le Faune de François-Xavier Roth et de l’orchestre Les Siècles, en ce dimanche matin, nous prend par la main et nous entraine dans son univers fantastique. Cette musique nous enveloppe, nous envoûte,  nous ensorcèle, car il s’agit bien d’une créature féérique, mi-homme, mi-chèvre. Le son de la flute traversière pour le mettre en scène est miraculeux, divin. Comme Debussy devait aimer cet instrument pour nous en livrer les couleurs et la poésie.  Pour preuve encore, une autre œuvre magnifique pour flûte traversière, « Syrinx» , autre bijou du compositeur. Mais si la flûte nous plonge dans un monde féérique,  on est à la noce avec tous les instruments, harpe, cors, violons, chacun nous livre de superbes nuances et nous prépare à la suite. 

La suite c’est avec Edouard Lalo et son ballet, « Namouna », une musique aux accents orientalistes. Quel dommage que ce chef-d’œuvre ait été quelque peu oublié. La qualité des compositions de Lalo demande qu’on s’y intéresse de plus près

Inspiré des Orientales de Victor Hugo, le ballet « Namouna » a été créé en 1882. Il nous raconte l’histoire d’un amour contrarié entre une servante Namouna et son maître Hassan.  L’orchestre est « un ballet » à lui tout seul. On entre dans une danse tourbillonnante et sous l’impulsion de sa baguette et des petits sauts acrobatiques du chef,  les cordes dansent et vibrent, elles aussi. Elles seront rejointes par tous les musiciens de l’orchestre très inspirés et applaudis, même entre les mouvements. Fort heureusement, cela n’a pas déconcentré les artistes ! 

Olécio partenaire de Wukali

Albert Roussel avant l’entracte, avec une œuvre que le chef affectionne particulièrement 

« Bacchus & Ariane », suite n°2. Il y a du raffinement dans cette musique complexe, par moment sombre et austère. Elle possède par ailleurs une telle musculature rythmique, des harmonies tellement tendues qui surprennent. On peut ne pas rentrer dans la musique de Roussel, mais force est de reconnaitre que l’interprétation des siècles était à la fois limpide et éclatante et on sent que le chef aime cette musique à la sonorité singulière. 

Arrive Paul Dukas et son célébrissime Apprenti Sorcier, popularisé par le Fantasia de Walt Disney. On reste dans la féérie, dans la magie, avec cette musique composée en 1896. On ne se lasse pas de sa construction géniale, son instrumentation brillante, pétillante, les passages lents, mystérieux à souhait, les contrastes de tempo et d’intensité, la clarinette est brillante, tout est réuni pour nous embarquer. 

Les Scènes alsaciennes” de Jules Massenet illustrent un conte d’Alphonse Daudet. La subtile poésie de cette interprétation constitue une idéale invitation à découvrir ce répertoire plaisant qui permet aux Siècles d’exprimer une multitude de sentiments, d’évoquer la foule. Car on se retrouve sur la place publique, on y danse, on y joue, on entend au loin tambours et clairons, c’est la retraite française qui remet en mémoire le souvenir de la patrie perdue. 

Surgit du fond de la salle une cloche de village, une bande son qui nous ancre joliment dans la réalité. D’aucuns cherchent à voir et se retourne. Puis sur scène, des cors, des trompettes, des tambours captent de nouveau toute notre attention. On admire comment tout cela se met en place avec force, et on savoure également des parties plus tendres, comme cette mélodie qui revient plusieurs fois dans l’œuvre et que l’on ne se lasse pas d’écouter. 

François-Xavier Roth dévoile le programme

Maurice Ravel
« La Valse » est magnifique. Elle exprime toute l’éloquence et la poésie de la musique de Ravel et nous entraîne sur la piste.  Les rythmes sont souvent pleins de mystère, et ce sont eux qui ont la vedette, ils progressent dans l’œuvre, jusqu’à nous offrir une danse de plus en plus tourbillonnante, de plus en plus passionnée.  Cette valse ainsi interprétée par les Siècles est truffée de trouvailles, de rebondissements. C’est François-Xavier Roth qui mène la danse, si l’on peut dire, dans ce déchaînement sonore où tout doit être calculé au millimètre près. Il faut savoir mener ses troupes, utiliser toute la palette orchestrale nécessaire pour créer des surprises, et on souffle par moment, lorsque le silence se fait. Il n’est pas rassurant pour autant, car les percussions, et l’orchestre,  pris dans une vague frénétique, déchaînée, résonne encore dans nos tympans. 

Puis cadeau anniversaire, Les siècles nous offre un magnifique Bizet, clin d’œil à un concert d’il y a 20 ans, au GTP, une spéciale dédicace pour les Aixois, avec l’Arlésienne. Un thème plein de tendresse qui laisse toute la place aux cordes, sublimes. 

Le public aixois a applaudi longuement les artistes et le chef, heureux de ce beau concert autour la musique française. Ce fut un anniversaire intense et riches en émotions !

Programme anniversaire
Caude Debussy 
Prélude à l’après-midi d’un faune
Albert Roussel
Bacchus & Ariane, suite n°2
Edouard Lalo
Extraits de Namouna
Paul Dukas
L’Apprenti Sorcier
Jules Massenet
Scènes alsaciennes
Maurice Ravel
La Valse

Vous souhaiteriez réagir à cette critique
Voire même nous proposer sujets et articles…?

N’hésitez pas !

Contact: redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus