Pompéi fresques
Accueil Livres, Arts, ScènesExpositions & Histoire de l'art Pompéi grivois, sexuel et hédoniste

Pompéi grivois, sexuel et hédoniste

par Pierre-Alain Lévy

Les archéologues de Pompéi viennent de terminer les travaux de recherche et de restauration conduits dans la maison des Vettii.
La Casa Dei Vettii a été décrite comme un musée vivant, un quasi microcosme culturel et archéologique qui encapsule la vie luxueuse des élites romaines à Pompéi, avant que les cendres volcaniques du Vésuve ne fissent furieusement pleuvoir l’enfer sur la ville en 79 de notre ère. Nous avons à de nombreuses reprises présenté Pompéi dans WUKALI selon différentes optiques.

Pompéi fresques restauration
Pompéi. Casa dei Vettii.
photo Luigi Spina

La Maison des Vettii représente l’histoire du monde romain résumée dans une seule maison, la ‘maison/musée’ de l”esprit romain’ a déclaré Gabriel Zuchtriegel, directeur du parc archéologique de Pompéi, dans un communiqué:, elle contient des fresques mythologiques et des sculptures en bronze et en marbre d’une qualité artistique exceptionnelle qui reflètent la relation complexe entre les modèles grecs et les copies romaines, ainsi que la vie économique et sociale de la ville“.

Les propriétaires, qui étaient des affranchis et donc d’anciens esclaves, témoignent d’un niveau de mobilité sociale qui aurait été impensable deux siècles auparavant. Leur richesse provenait du commerce des produits agricoles du territoire autour de Pompéi, mais il semblerait que la prostitution était également pratiquée dans leur maison par une esclave grecque qui appartenait aux groupes les plus défavorisés de la société”, a ajouté l’archéologue, directeur du site.

La maison comprend un magnifique jardin clos équipé d’un système complexe de conduites d’eau et de petites fontaines. Outre les piliers romains classiques, le jardin est décoré de nombreuses sculptures. Selon les chercheurs, la plus unique est une sculpture de Priapus, un dieu de la fertilité et des organes génitaux masculins. Sans surprise, le dieu est représenté avec un pénis en érection d’une taille étonnante.

Pompéi fresques restauration
Pompéi. Casa dei Vettii. Le dieu Priape
Photo © Luigi Spina

Aussi impressionnant qu’il soit, la structure est également ornée d’un ensemble de fresques aux couleurs vives. Pour redonner aux peintures leur gloire d’antan, les archéologues ont dû enlever les couches de cire qui avaient été naïvement appliquées par le passé dans l’intention de les protéger.

Olécio partenaire de Wukali
Pompéi fresques restauration
Casa dei Vettii. Priape

En se dirigeant vers l’atrium et à côté du montant droit de la porte, se trouve une figure de Priape, dont le membre gigantesque devait indiquer la prospérité et la richesse des habitants de la maison. Le personnage est représenté en train de peser son membre sur un plateau de balance ; en contrepoids, sur l’autre plateau, se trouve un sac rempli d’argent.

Les historiens ont découvert que La Casa Dei Vettii appartenait très probablement à deux affranchis qui avaient été libérés de l’esclavage et avaient ensuite acquis de la richesse grâce au commerce du vin. Quant à la relation entre les deux hommes, elle relève de la spéculation.

Zuchtriegel a déclaré au Guardian : “Il était rare d’avoir des frères et sœurs biologiques qui étaient esclaves puis libérés, car les liens familiaux étaient coupés avec l’esclavage, il est donc très peu probable qu’ils soient frères. Il est plus probable qu’ils aient été copains pendant leur période d’esclavage et ensuite libérés.

“Copains” serait une façon de dire les choses. Cependant, il est important de considérer que les Romains de l’Antiquité n’étaient certainement pas prudes en matière de sexualité et de relations homosexuelles.

Plus largement, la décoration de maisons de plaisir pour ne pas dire de lupanars ou autres maisons-closes est un fait universel. Ainsi à Paris à la Belle époque jusqu’à un temps pas si lointain, des “établissements” étaient décorés de fresques suggestives, certains mêmes qui ont subsisté jusqu’à ce jour ont été déclarés monuments historiques. Pensons aussi à Henri de Toulouse-Lautrec pour qui le bordel, puisque tel est aussi son nom, constituait une seconde famille.

Vous souhaitez réagir à cet article
Peut -être même aimeriez vous nous proposer des sujets et écrire dans notre magazine ?


Surtout n’hésitez pas!


Contact: redaction@wukali.com

Illustration de l’entête: Casa dei Vettii. Fresque de lupanar.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus