Le quotidien Le Soir consacre une pleine page au Brussel Philharmonic, première orchestre a jouer sur écran. Avant de valider son choix l’an prochain, l’orchestre de Michel Tabchnik a crée l’événement en jouant sur 100 tablettes Samsung.

Le support change, l’émotion demeure et emprunte les voies digitales. L’avantage n’est pas mince car les partitions sont une charge non négligeable pour un orchestre. Avec la tablette, qui peut contenir des milliers d’œuvres, il suffit au chef de tracer ses indications au stylet tactile pour qu’elles apparaissent en temps réel devant les musiciens. Fini, les tournes de pages bruyantes, fini les lourdes partitions a emmener avec soi, fini les coups d’archets notés au crayon à papier.

Dépêches Notes. France Musique

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus