Les jeux de miroir soutiennent le trouble des consciences. Les sorcières bifaces soulignent la duplicité des actes humains. Les noirceurs verdâtres plongent la vie dans la mort.

La mise en scène de Jean-Louis Martinoty ressuscite un Macbeth puissant. L’Italien Roberto Rizzi Brignoli ajuste parfaitement l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy (OSLN). Le baryton Giovanni Meoni, en roi sanguinaire, trouve la complicité de la soprano Jennifer Check, en Lady pousse-au-crime. Le duo sert magistralement le lyrisme de Verdi et la complexité de Shakespeare.

Dans l’écrin de l’Opéra nancéien, l’ensemble peut recevoir le couronnement… mérité du public.

Laurent Watrin


Opéra en quatre actes. Ouvrage chanté en italien, surtitré. Créé au Théâtre Lyrique Impérial à Paris le 21 avril 1865

Coproduction Opéra national de Lorraine et Opéra national de Bordeaux

Direction musicale : Roberto Rizzi Brignoli

Mise en scène : Jean-Louis Martinoty

Décors : Bernard Arnould. Costumes : Daniel Ogier. Lumières : François Thouret. Vidéos : Gilles Papain

Chœurs de l’Opéra national de Lorraine et de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole

Orchestre symphonique et lyrique de Nancy


’OPERA DE NANCY

5, 7 et 12 février 2013 à 20h. 10 février 2013 à 15h


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus