C’est avec des accents lyriques que le président Nazarbaev vient d’ inaugurer le tout nouvel opéra du Kazakhstan à Astana, au coeur des steppes désertiques de l’Asie centrale, capitale du pays depuis 1998 qui a remplacé Almaty, l’ancienne Alma Ata.

Le Kazakhstan tire de gros revenus de son pétrole et de son uranium et Astana est un immense chantier de constructions .

Dans un discours qui fut haut en couleurs, le président Noursoultan Nazarbaev, ayant pour invité le président russe Vladimir Poutine a déclaré: «C’est le seul théâtre classique de cette ampleur, érigé au cours des dernières décennies dans la région eurasienne. C’est un des théâtres les plus techniquement avancés au monde. Le Kazakhstan doit être reconnu comme un acteur à part entière du patrimoine culturel international et la culture kazakh doit être reconnue comme faisant partie du patrimoine culturel de l’humanité » et en ajoutant emphatique: «Cela s’applique à toutes les formes d’art contemporain – musique, théâtre, cinéma, littérature, peinture.».

Au moment où aux Usa et en Europe les budgets consacrés aux politiques culturelles se resserrent, et que les grands orchestres et institutions lyriques rencontrent de grosses difficultés, ces propos écoutés hors de leur contexte politique, feraient presque du bien !

L’opéra a été construit par un ensemble d’entreprises russes, européennes et khazaks. Il comporte une salle de 1250 places avec une fosse d’orchestre pour 120 musiciens, une scène d’une superficie totale de 768 m2, 11 salles de moindres dimensions, 2 grandes et 6 petites salles de répétition, toutes les salles sont recouvertes de marbre venant de Sicile travaillé dans les détails à la feuille d’or

Le style architecturale composite de l’opéra emprunte aux styles classiques antiques greco-romain, au maniérisme et au baroque ainsi qu’aux arts traditionnels kazakhs pour les frises décoratives.

Les éléments de façade de l’opéra ont été réalisés par le groupe français Rabot Dutilleul

En octobre Valery Gergiev, directeur du théâtre Mariinsky de Saint Petersbourg dirigera «Attila» de Verdi

Selon certaines indiscrétions, il semblerait que des accords aient été signés avec le Théâtre de la Scala de Milan, l’Opéra Garnier, et le Staatsoper de Vienne.

Une tenue vestimentaire stricte sera exigée pour assister aux représentations, smoking pour les hommes et robes de soirée pour les femmes, cela pour permettre au public de «ressentir l’esprit solennel de l’art»…

Sergueï Ivanov correspondant de WUKALI en Russie


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus