Alors qu’ils procédaient à des fouilles sur le site de Tell Hazor en Galilée dans le nord d’Israël, des chercheurs de l’Institut d’archéologie de l’université hébraïque de Jérusalem ont découvert un fragment de la statue d’un sphinx égyptien datant de plus de 4.000 ans.

L’inscription rédigée en hiéroglyphes et placée dans un cartouche entre les pattes du sphinx porte le nom du roi Mykerinos (IVème dynastie) qui fut un des bâtisseurs des pyramides de Gizeh.

Cette découverte est d’autant plus importante que l’on ne connaît pas de sphinx construit sous ce roi, même en Égypte, et qu’il n’existe aucune autre statue de Sphinx dans tout le Proche Orient. On peut aussi lire dans le texte «Adoré par la divine présence… qui lui donna la vie éternelle

Selon le Professeur Amnon Ben Tor, professeur à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem et directeur du chantier de fouilles et le Dr. Sharon Zuckerman , tout laisse à penser que le Sphinx est probablement originaire de la ville ancienne d’Héliopolis en Égypte (la ville d’ On dans la Bible).

Le Sphinx fut découvert dans la couche archéologique sédimentaire correspondant à la destruction de la ville d’Hazor au 13è siècle av JC, à l’endroit de l’entrée principale du palais. Pour les archéologues, il est hautement improbable que la statue ait été apportée à Hazor à l’époque de Mykerinos, car il n’existe nulle trace de relations entre le souverain d’Égypte et Israël pendant le troisième millénaire av JC.

Il semble plus probable que la statue ait été apportée pendant le deuxième millénaire av JC à l’époque de la dynastie des Hyksos, originaires de Canaan. Il est aussi possible qu’elle fut arrivée entre le 15è et le 13è siècle av JC quand Canaan était dominé par les Égyptiens comme présent du souverain d’Égypte au roi d’Hazor, quand cette dernière était alors la cité la plus importante de toute cette région de l’est méditerannéen.

Hazor constitue le plus important site archéologique d’Israël et couvre une superficie de 96 ha. Selon les études qui ont été effectuées, on estime sa population à 20.000 habitants pendant le deuxième millénaire av JC. Hazor est mentionné 18 fois dans la Bible et on en parle dans les archives de Maari. Depuis 2005 le site est inscrit dans la liste du patrimoine de l’Unesco. Le livre de Josué (Josué 11 :10) en parle comme d’une ville de taille importante et point stratégique sur les routes reliant l’Égypte à Babylone. La conquête d’Hazor par les Israélites ouvrit la voie à la conquête et leur installation dans la terre de Canaan. La ville fut reconstruite et fortifiée par le Roi Salomon et prospéra aux temps de Ahab, 7ème roi d’Israël et de Jeroboam II, jusqu’à sa destruction par les Assyriens en 732 av JC.

Des documents découverts à Hazor ainsi que sur des sites archéologiques en Égypte et en Iraq, indiquent que Hazor maintint des liens culturels et poursuivit des échanges commerciaux tant avec l’Égypte qu’avec Babylone. De nombreux objets d’art incluant ceux importés à Hazor et venant parfois de très loin, ont été exhumés sur le site.

C’est à partir de 1950 que l’université hébraïque de Jérusalem commença ces fouilles et les continua jusqu’à la fin des années 60. Elles reprirent en 1990 sous la direction du professeur Ben-Tor qui fut rejoint en 2006 par le Dr Sharon Zuckerman au titre de la Selz fondation pour les fouilles d’Hazor et en mémoire de Yigal Yadin. Shlomit Becher doctorant à l’université hébraïque est l’actuel directeur du chantier.

Sources/ Hebrew University of Jerusalem.

עברית האוניברסיטה עברית בירושלים

Traduction P-A L


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus